Journal du Rock

Win Butler d’Arcade Fire nie les accusations de comportements sexuels abusifs à son encontre

Win Butler

© Lorne Thomson/Redferns

29 août 2022 à 13:55Temps de lecture5 min
Par Classic 21

Le leader du groupe Arcade Fire est accusé de comportements sexuels déplacés par quatre personnes.

Les faits se seraient produits entre 2015 et 2020 alors que les victimes – 3 femmes et une personne gender-fluid – étaient âgées entre 18 et 23 ans, tandis que Win Butler avait entre 36 et 39 ans. Le magazine Pitchfork a rencontré les victimes et leurs proches qui lui ont fait part des faits et leur ont aussi montré des extraits de messages et conversations Instagram avec Butler.

Et dans un communiqué à Pitchfork, Win Butler a reconnu avoir eu des relations avec ces 4 individus mais explique qu’ils étaient tous consentants. "Je n’ai jamais touché une femme contre son gré, et tout ce dont on m’accuse est faux. Je nie vigoureusement toute supposition selon laquelle j’aurais forcé une femme à m’offrir ses faveurs. Tout ceci ne s’est absolument pas passé."

Tandis que ces relations étaient toutes consentantes, je m’excuse auprès de personnes que j’aurais blessées avec mon comportement. La vie est remplie de souffrances atroces et d’erreurs, et je ne veux causer aucun mal à personne.

Il explique aussi : "J’ai longtemps souffert de problèmes mentaux et les fantômes d’un passé d’abus dans l’enfance. Arrivé à la trentaine, j’ai commencé à boire pour gérer la pire dépression de ma vie après que ma famille a connu une fausse couche. Rien de tout cela ne sert à excuser mon comportement, mais je souhaite apporter un contexte à tout cela et partager ce qu’il s’est passé dans ma vie à cette époque. Je ne reconnaissais plus la personne que j’étais devenue."

La femme de Win Butler a également posté un communiqué dans lequel elle soutient son mari : "Je sais ce qu’il a au cœur, et je sais qu’il n’a jamais touché une femme sans son consentement. Il a perdu sa route et s’est ensuite retrouvé. Je l’aime et j’aime aussi la vie que nous avons construite ensemble."

Selon Pitchfork, toujours, les victimes ne se connaissaient pas jusqu’au jour où l’une de ces personnes – qui utilise le pseudonyme de Stella – a posté sur Instagram un commentaire qui identifiait Win Butler comme "un prédateur sexuel… qui essayait constamment de me contraindre à des rencontres sexuelles et m’envoyait des photos nues de moi-même ainsi que des photos nues et non sollicitées de lui-même après que je lui ai dit à plusieurs reprises que je n’étais pas intéressée."

Suite à cela, les autres victimes se sont adressées avec Stella à Pitchfork sous les pseudonymes de Lily et Fiona et ont partagé leurs expériences avec Butler sur les réseaux sociaux. Stella et Fiona ont décrit les mêmes rencontres avec Butler comme inappropriées au vu de "son âge, de l’argument de pouvoir et le contexte dans lequel cela s’est produit." Lily a affirmé que Butler l’aurait agressée sexuellement à deux reprises en 2015."

Butler a répondu à chaque allégation en présentant sa version des faits. "La plupart de ces relations étaient éphémères, et ma femme est au courant de tout cela. Notre mariage était, par le passé, moins conventionnel que pour certains. J’ai pris contact en personne, lors de concerts et aussi via les réseaux sociaux. J’ai partagé avec ces personnes des messages dont je ne suis pas fier. Mais le plus important, c’est que chacune de ces interactions était mutuelle et toujours entre adultes consentants. C’est clairement faux d’affirmer le contraire."

"Je pense maintenant au futur et je continue d’apprendre de mes erreurs. Je travaille à devenir une meilleure personne, quelqu’un dont son fils peut être fier. Je vous le dis à vous, à mes amis, à ma famille, à quiconque que j’ai pu offenser et à toutes les personnes qui aiment ma musique et qui se sentent choqués et déçues de cette affaire : je suis désolé. Je suis désolé du tort que j’ai causé, je suis désolé de ne pas avoir été plus à l’écoute de l’effet que j’avais sur les gens. J’ai merdé, et bien que je n’ai aucune excuse, je continuerai d’avancer et de soigner ce qui peut l’être. J’apprendrai de mes expériences passées. Je peux faire mieux et je le ferai."

Les communiqués de Win Butler et sa femme sont à lire ci-dessous :

Win Butler :

“I love Régine with all of my heart. We have been together for twenty years, she is my partner in music and in life, my soulmate and I am lucky and grateful to have her by my side. But at times, it has been difficult to balance being the father, husband, and bandmate that I want to be. Today I want to clear the air about my life, poor judgment, and mistakes I have made.

I have had consensual relationships outside of my marriage.

There is no easy way to say this, and the hardest thing I have ever done is having to share this with my son. The majority of these relationships were short lived, and my wife is aware – our marriage has, in the past, been more unconventional than some. I have connected with people in person, at shows, and through social media, and I have shared messages of which I am not proud. Most importantly, every single one of these interactions has been mutual and always between consenting adults. It is deeply revisionist, and frankly just wrong, for anyone to suggest otherwise.

I have never touched a woman against her will, and any implication that I have is simply false. I vehemently deny any suggestion that I forced myself on a woman or demanded sexual favors. That simply, and unequivocally, never happened.

While these relationships were all consensual, I am very sorry to anyone who I have hurt with my behavior. Life is filled with tremendous pain and error, and I never want to be part of causing someone else’s pain.

I have long struggled with mental health issues and the ghosts of childhood abuse. In my 30s, I started drinking as I dealt with the heaviest depression of my life after our family experienced a miscarriage. None of this is intended to excuse my behavior, but I do want to give some context and share what was happening in my life around this time. I no longer recognized myself or the person I had become. Régine waited patiently watching me suffer and tried to help me as best as she could. I know it must have been so hard for her to watch the person she loved so lost.

I have been working hard on myself – not out of fear or shame, but because I am a human being who wants to improve despite my flaws and damage. I’ve spent the last few years since Covid hit trying to save that part of my soul. I have put significant time and energy into therapy and healing, including attending AA. I am more aware now of how my public persona can distort relationships even if a situation feels friendly and positive to me. I am very grateful to Régine, my family, my dear friends, and my therapist, who have helped me back from the abyss that I felt certain at times would consume me. The bond I share with my bandmates and the incredibly deep connection I’ve made with an audience through sharing music has literally saved my life.

As I look to the future, I am continuing to learn from my mistakes and working hard to become a better person, someone my son can be proud of. I say to you all my friends, family, to anyone I have hurt and to the people who love my music and are shocked and disappointed by this report : I’m sorry. I’m sorry for the pain I caused – I’m sorry I wasn’t more aware and tuned in to the effect I have on people – I fucked up, and while not an excuse, I will continue to look forward and heal what can be healed, and learn from past experiences. I can do better and I will do better.”

Régine Chassagne :

“Win is my soulmate, my songwriting partner, my husband, the father of my beautiful boy. He has been my partner in life and in music for 20 years. And for all of the love in our lives, I have also watched him suffer through immense pain. I have stood by him because I know he is a good man who cares about this world, our band, his fans, friends, and our family. I’ve known Win since before we were ‘famous,’ when we were just ordinary college students. I know what is in his heart, and I know he has never, and would never, touch a woman without her consent and I am certain he never did. He has lost his way and he has found his way back. I love him and love the life we have created together.”

Sur le même sujet

Win Butler d’Arcade Fire fait face à de nouvelles accusations de comportements sexuels abusifs

Journal du Rock

Les frères Butler : deux Américains à la destinée du groupe canadien Arcade Fire

Family Business

Articles recommandés pour vous