Diables Rouges

Wilmots: "Je n'ai pas peur du défi"

Marc Wilmots

© Belga

06 juin 2012 à 10:42Temps de lecture2 min
Par G.Bayet

"Je suis déjà dans le projet depuis 2,5 ans. Je viens de faire les deux derniers matches amicaux. Je pense avoir apporté ma griffe" a déclaré Marc Wilmots à belgianfootball.com.

Il se dit toutefois surpris par la rapidité de réaction de l'Union belge. Cela met fin aux rumeurs de l'arrivée possible d'Eric Gerets : "La décision de la Fédération a été rapide. J'ai été étonné qu'on m'appelle déjà lundi pour me dire qu'on voulait me voir le soir. On a discuté de tous les aspects sportifs et mardi on a négocié le contrat. On m'a même proposé un contrat plus long que deux ans. On est donc dans la continuité. J'ai accepté de coacher seulement les deux prochaines saisons et on fera le bilan après cela. Le seul objectif qu'on doit avoir, c'est la Coupe du Monde au Brésil" explique le nouveau sélectionneur national.

Et de préciser : "Ce qui compte, ce n'est pas moi mais l'encadrement. On a désormais un objectif et on doit y arriver tous ensemble. On aura besoin de tout le monde".

Marc Wilmots et la Fédération n'ont pas encore choisi un T2. Celui-ci devra répondre aux exigences du staff. "Tout a été très vite. Je ne pensais déjà pas me retrouver T1. Si je dois choisir quelqu'un, cette personne doit parfaitement s'intégrer dans le staff actuel".

La continuité...

"Je vais rester dans la continuité de ce que j'ai proposé contre le Montenegro et l'Angleterre. La grosse base existe" insiste Marc Wilmots.

La qualification pour la Coupe du Monde 2014 est cruciale pour la Belgique et sa génération dorée. Le défi est délicat mais n'effraye pas Wilmots : "C'est un défi et une responsabilité énorme. J'ai l'habitude. En 1994, j'étais le plus mauvais de la nation et en 2002, j'étais le roi de la nation. Entre les deux, il n'y a rien. C'est cela le problème en équipe nationale. On ne sait pas avoir une vision à long terme. On est seulement jugé sur un résultat ou l'autre. Donc, il y a un mot que j'ai rayé de mon vocabulaire, c'est peur. Je crois le groupe a confiance en moi. Le défi n'est pas facile. On a 10 finales à jouer. J'espère éviter les blessures. Le groupe est difficile mais on a une chance contre tout le monde. Il n'y a pas de top favori. Tu peux terminer 1er comme tu peux te retrouver 4ème".

G.Bayet