Monde

William et Kate: chahutés à Montréal, en danger à Québec?

Des huées antimonarchistes ont accueilli les princes.

© AFP - ROGERIO BARBOSA

03 juil. 2011 à 09:56Temps de lecture2 min
Par RTBF
"A bas la monarchie!", "Québec français", "Parasite go home", "William, dégage"... Mission réussie pour la poignée d'antimonarchistes qui sont parvenus à perturber la première partie de la visite princière en territoire québécois.

Le couple, arrivé hier matin à Montréal, s'est rendu dans l'après-midi à l'hôpital pour enfants Sainte-Justine. Mêlés aux milliers de partisans massés devant l'établissement et qui arboraient fièrement les couleurs canadiennes et britanniques, une bonne centaine d'antimonarchistes, particulièrement bruyants, ont offert un concert de sifflets et de huées aux distingués visiteurs.

Mario Beaulieu, organisateur de cette manifestation, a déclaré vouloir dénoncer "l'épuration linguistique antifrancophone au Canada", indiquant que la monarchie britannique porterait la responsabilité de cette épuration.

Tireurs d'élite sur les toits

Mais ces quelques sifflets pourraient n'être qu'un avant-goût de ce qui attend les princes aujourd'hui. Le couple est en effet arrivé hier soir à Québec, bien plus francophone et revendicative que sa célèbre voisine. Mario Beaulieu lui-même a glissé, dans un sourire, que la manifestation montréalaise n'était qu'un "point de presse" par rapport aux rassemblements prévus dans la "capitale" ce dimanche.

Le Réseau de Résistance du Québécois (RRQ) a en effet clairement annoncé son intention de bousculer le protocole et gêner la visite princière prévue à l'hôtel de ville de Québec. Plusieurs centaines de militants devraient participer au rassemblement.

Même si le RRQ a déclaré vouloir éviter tout débordement et a engagé son propre service d'ordre, la police québécoise a mis en place un dispositif impressionnant. Les effectifs ont été largement augmentés et de nombreuses patrouilles fouilleront le quartier historique. Des tireurs d'élite pourraient également être placés sur les toits de plusieurs bâtiments du centre-ville.

"Il faut toujours trouver l'équilibre entre la sécurité et le dérangement de la population", estime le caporal Charles Vallée, de la Gendarmerie Royale du Canada. "C'est sûr que le niveau de sécurité est assez important pour cette visite et que nous devons tenir compte de la menace."

Pour éviter toute mauvaise surprise, le programme et le parcours n'ont pas été dévoilés et aucun bain de foule n'est prévu dans la capitale de la Belle Province.

Les autorités canadiennes mettront tout en œuvre pour éviter que la lune de miel "patriotique et décontractée" ne se transforme en triste expérience.

PIAB (avec AFP)

Sur le même sujet

Le prince William chante et se déhanche aux côtés de Bon Jovi

Articles recommandés pour vous