RTBFPasser au contenu

Wilhelmine de Bayreuth, princesse du royaume de Prusse et compositrice

Wilhelmine de Bayreuth, princesse du royaume de Prusse et compositrice
29 nov. 2021 à 09:422 min
Par Hélène Michel

Aristocrate allemande du XVIIIe siècle, princesse du royaume de Prusse, Wilhelmine de Bayreuth était une femme éclairée, cultivée, proche de Voltaire, mais également compositrice. C’est elle qui contribuera à faire de la ville de Bayreuth un haut lieu culturel.

Wilhelmine de Bayreuth n’est autre que la sœur préférée du grand Frédéric II de Prusse, dont elle était très proche. Comme lui, elle souffrira beaucoup dans sa jeunesse des violences de son père le roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, surnommé "le Roi-Sergent", réputé pour son avarice, son mépris des choses de l’esprit, et sa brutalité. Il avait imposé une véritable dictature domestique dans son foyer. À sept ans, contre l’avis du père, la petite Wilhelmine apprend le clavier et la danse auprès de sa mère, qui contrairement au patriarche, avait beaucoup de goût pour les lettres, les arts et les divertissements. Il faut dire que la mère était aussi ambitieuse et avait un plan pour faire de sa fille la prochaine reine d’Angleterre. Et pour atteindre cet objectif, Wilhelmine a donc reçu une formation très poussée. En plus de l’allemand, elle a appris le français, l’anglais, l’italien, le latin et le grec. Elle étudie plusieurs instruments et découvre ainsi son grand amour pour la musique et la composition. À douze ans, elle s’initie au monde de l’opéra.

La proposition de mariage aux Anglais est un échec, elle sera refusée et Wilhelmine épouse finalement à 22 ans le futur marquis Frédéric de Bayreuth. Un enfant va naître de cette union, Elisabeth, décrite plus tard par Casanova comme la plus belle fille d’Allemagne.

Wilhelmine va faire appel aux services du futur maître de chapelle Johann Pfeiffer qui lui enseignera la composition. Elle compose donc, un concerto pour clavecin, de la musique de chambre, de nombreuses sonates pour flûtes et un opéra, intitulé Argenore, écrit tout spécialement en l’honneur de l’anniversaire de son mari.

Wilhelmine de Bayreuth était femme éclairée, très cultivée, proche de Voltaire qui écrira une Ode sur sa mort. Elle a elle-même laissé des Mémoires qui offrent des détails très intéressants sur la vie à la cour de Prusse.

L'atelier des muses

Wilhelmine de Bayreuth

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous