Régions Brabant wallon

Wavre tente de conscientiser ses citoyens aux difficultés de déplacement des moins valides

Des citoyens et des échevins de la Ville de Wavre se sont glissés dans la peau de personnes malvoyantes ou en chaise roulante pour mieux se rendre compte des difficultés de déplacement des moins valides.

© RTBF jch

C’est la Journée internationale des personnes handicapées, ce samedi !
Chez nous, plusieurs villes organisent des actions pour sensibiliser le public aux difficultés vécues au quotidien par les moins valides, notamment en termes de mobilité.
Exemple, à Wavre, où la Ville et le Conseil Consultatif de la Personne Handicapée ont proposé au public un parcours spécifique (en chaise roulante ou les yeux bandés) dans le centre-ville, ce matin.
Objectif : conscientiser les citoyens aux difficultés de déplacement des moins valides et des malvoyants dans l’espace public.

Pas évident d’attirer les volontaires, pour cet exercice d’empathie. La plupart des passants ont passé leur chemin. Mais les quelques participants, dont des échevins et des personnes porteuses d’un autre handicap, se sont glissés dans la peau d’un non voyant (ou mal voyant) ou d’une personne en chaise roulante afin de mieux se rendre compte des difficultés de déplacement.

Expérience convaincante

"Ce n’est pas facile de se déplacer en chaise roulante en rue", constate un jeune homme. "Il y a des obstacles comme les bordures, les taques d’égouts, les travaux, certaines entrées de commerces. Puis, les voitures roulent parfois trop vite"! Un constat partagé par une dame en chaise roulante que nous avons rencontrée un peu plus loin : "les bordures restent un vrai problème, même je dois reconnaître que la situation s’améliore. A Wavre, beaucoup de trottoirs sont assez larges. Cependant, il y a encore des choses à améliorer".

Pour l’échevin des travaux et de la mobilité, Paul Brasseur, l’expérience révèle surtout la présence d’obstacles auxquels on n’avait pas pensé. "Il y a des obstacles imprévus dont on ne se rend pas compte quand on est piéton. Par exemple ici, à la Rue du Commerce, je n’avais jamais remarqué ce léger creux dans le pavement, ce qui fait qu’il est assez dangereux pour un PMR de circuler quand on n’a pas l’habitude".

De son côté, Gilles Agosti, l’échevin en charge des PMR (personnes à mobilité réduite), explique que l’action de sensibilisation de ce samedi est aussi l’occasion de tester les aménagements réalisés par la Ville. "Wavre a signé la Charte HandiCity en 2019, pour une ville plus inclusive", explique l’échevin. "Une série de travaux ont été réalisés, mais il est vrai que nous devons poursuivre nos efforts". En 2018 déjà, 69 communes avaient été labélisées dont 5 communes du Brabant wallon : Beauvechain, Chastre, Chaumont-Gistoux, Ottignies et Rebecq.

Paraplégique depuis 40 ans, Pierre Guissard est aussi membre du Conseil Consultatif de la Personne Handicapée. "Améliorer les déplacements des PMR dans l’espace public n’est pas facile. Car il faut tenir compte de toutes les formes de handicap. Il reste beaucoup de pain sur la planche. Il n’y a par exemple pas de subsides pour aider les commerçants à aménager l’accès à leurs établissements. Or, cela coûte cher ! Ceci dit, les choses avancent, malgré tout. Notamment au niveau de l’évolution des mentalités dans la société".

Pour Julie Vanhalewyn, directrice d’un bureau d’études spécialisé en accessibilité, il faut notamment "prévoir davantage d’emplacements de parking réservés aux PMR, travailler sur le contraste du mobilier urbain, sur la signalétique, multiplier le nombre de feux rouges sonores pour les malvoyants, le relief des traversées, les bancs avec accoudoirs,…".  

     

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous