RTBFPasser au contenu

Bicentenaire Weterloo

Waterloo: un bilan policier plutôt positif après la seconde reconstitution

Waterloo: un bilan policier plutôt positif après la seconde reconstitution

A quelques dizaines de mètres du champ de bataille se trouve un lieu stratégique, le poste de commandement. Dans le petit préfabriqué, c'est l’effervescence.  La reconstitution vient de commencer. C'est ici que les opérateurs captent les messages du terrain et que les ordres sont donnés. "Les pompiers, la police, les services d'urgences et les organisateurs sont réunis autour de la même table pour une coordination indispensable" nous explique le commissaire Olivier Lozet, le directeur coordinateur Brabant wallon. A 20H30, la police et les organisateurs préparaient la sortie, et vers 21 heures déjà, de nombreux spectateurs quittaient les lieux. Très rapidement, le dispositif est mis en place pour gérer les flux de circulation, entre piétons, voitures et véhicules de secours.

Du côté des services de secours, tout le monde était en alerte. Jeudi soir, un accident grave était venu ternir la fête. Une personne avait été brûlée sérieusement au visage. Rien de tel hier, même si on compte 25 mouvements d'ambulances, et treize évacuations vers l'hôpital, notamment pour un problème cardiaque important. "Dans les autres cas, il s'agissait essentiellement d'entorses, de petites brûlures ou de chutes de cheval", nous explique Hélèna d'Arian, inspecteur d'hygiène adjoint au SPF Santé publique.

En fin de soirée, ce sont 60 000 spectateurs et 16 000 véhicules qui ont quitté les lieux dans le calme. A deux heures du matin, le site était complètement évacué. Peu d'interventions de la police, peu d'incidents à déplorer, et un public qui a suivi les conseils des autorités. Le bilan est plutôt positif pour la plus grande reconstitution de la bataille jamais organisée.

Articles recommandés pour vous