Economie

Wall Street finit sans direction une séance indécise, riche en indicateurs

Un panneau Wall Street près de la Bourse de New York

© Stan Honda

15 août 2012 à 13:34 - mise à jour 15 août 2012 à 13:42Temps de lecture2 min
Par AFP

Selon les chiffres définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones Industrial Average a reculé de 7,36 points à 13.164,78 points et le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 13,95 points à 3.030,93 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a avancé de 0,11% (+1,60 point) à 1.405,53 points.

Les indices, en légère baisse à l'ouverture, ont ensuite oscillé autour de l'équilibre, échouant à prendre une direction claire, malgré l'afflux de statistiques économiques et de résultats d'entreprises.

Les investisseurs ont salué la hausse de la production industrielle des Etats-Unis en juillet pour le quatrième mois consécutif.

En outre, un indice sur le moral des constructeurs dans le marché immobilier (NAHB) pour le mois d'août s'est révélé "meilleur que prévu", selon Briefing.com, s'établissant à 37 ce mois-ci contre 35 attendu.

En revanche, l'indice d'activité manufacturière dans l'Etat de New York, dit "Empire", est arrivé "inférieur à nos prévisions et au consensus des analystes", ont relevé des analystes de Barclays Capital.

Les prix à la consommation sont quant à eux restés stables en juillet par rapport à juin, en dépit d'une nouvelle baisse des coûts de l'énergie.

Selon Michael James, de Wedbush Securities, la hausse inattendue des ventes de détails aux Etats-Unis en juillet, annoncée mardi, continuait de favoriser l'optimisme des courtiers, avides de tout signe indiquant une tendance à la reprise de la consommation américaine, qui constitue l'un des moteurs essentiels de sa croissance économique.

Le réseau social Facebook, dont plus de 271 millions d'actions pourront être cédées à partir de jeudi, à la fin d'une période de blocage durant laquelle ses actionnaires historiques ne pouvaient vendre ces titres, s'est apprécié de 4,02% à 21,20 dollars.

Du côté des résultats d'entreprises, l'équipementier agricole Deere, dont les performances du deuxième trimestre et les prévisions annuelles ont été moins bonnes qu'attendu dans un contexte de croissance économique morose et de sécheresse historique aux Etats-Unis cet été, s'est effondré de 6,28% à 75,108 dollars.

Staples a dévissé de 14,95% à 11,50 dollars, après la publication de résultats décevants dus à la baisse des ventes en Amérique du Nord notamment.

Le géant de la distribution Target s'est apprécié de 1,77% à 64,50 dollars, le marché saluant "un bénéfice meilleur que prévu et une révision à la hausse de ses perspectives pour l'année", ont relevé les analystes de la banque Wells Fargo.

Le géant informatique Apple a abandonné 0,14% à 630,83 dollars, peu après le lancement mercredi sur le marché américain d'une nouvelle tablette tactile, baptisée Galaxy Note 10.1, par son concurrent sud-coréen Samsung.

Côté fusions et acquisitions, le fonds Carlyle, qui va racheter Getty Images à la société d'investissement Hellman & Friedman, avec les fondateurs et dirigeants de ce spécialiste de l'image photo et vidéo, est monté de 0,28% à 25,00 dollars.

Dans le secteur financier, Goldman Sachs a lâché 0,13% à 103,13 dollars. La banque d'affaires a vu mardi une nouvelle plainte qui la visait, ainsi que ses dirigeants, classée par un tribunal de Manhattan.

Les banques Citi et JPMorgan Chase, assignées à comparaître par l'Etat de New York qui enquête sur les manipulations de taux d'intérêt entrant dans la composition du Libor, ont cédé respectivement 0,10% à 28,74 dollars et 0,08% à 37,07 dollars. Bank of America s'est adjugé 1,16% à 7,87 dollars et Morgan Stanley 1,32% à 14,58 dollars.

Le marché obligataire a nettement baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 1,805% contre 1,726% mardi et celui à 30 ans, à 2,914% contre 2,825%.


AFP