RTBFPasser au contenu

Sous couverture

Voyagez sur la route, dans le ciel et dans l’imaginaire avec ces romans

Voyagez sur la route, dans le ciel et dans l’imaginaire avec ces romans
13 juin 2022 à 07:223 min
Par Sous Couverture

Nous ouvrons le quatorzième chapitre de Sous Couverture en compagnie de Paul Colize et Valérie Cohen. Au menu du jour : des arbres généalogiques, le 1er janvier 1975 et Hollywood… Entre autres !

Paul Colize pour “Un monde merveilleux”, éd. Hervé Chopin, 2022

Au cœur de cet ouvrage, un voyage dans une Mercedes aux banquettes rouges, et deux personnages qui devront se supporter, dans un huis clos qui changera à jamais leur vie.

Octobre 1973. Un maréchal des logis doit rejoindre Lyon avant la nuit. A l’arrière du véhicule, une femme à la chevelure flamboyante qui partage le voyage avec lui pour une mission confidentielle. Dans l’espace confiné de l’habitacle, il y aura un face-à-face tendu et émotionnel, qui s’appuiera sur les remous de l’Histoire. Si l’on ne peut changer le passé, tout est encore possible pour l’avenir…

 

 Valérie Cohen pour “Qu’importe la couleur du ciel”, éd. Flammarion, 2022

Et si les arbres généalogiques comportaient une case pour les amis de toujours, les amours défuntes, les maîtres à penser, les sauveurs ? À quoi ressemblerait le vôtre ? Valérie Cohen traite de la famille sous toutes ses facettes, à la fois vitale et envahie de ronces, avec ses secrets, ses silences et ses révélations.

“Réminiscences” de Gorian Delpâture : MORRIS-WILL-FRANQUIN-JIJé

Bonne année 1975 ! Non, je ne suis pas fou. Je sais que ce n’est pas la bonne date. Mais l’archive que j’ai dégotée pour vous a été diffusée le 1er janvier 1975. L’idée était de célébrer la nouvelle année chez une bande de copains. Nous sommes dans le salon du dessinateur Will, le père de Tif et Tondu. Et Will reçoit ses deux copains Franquin et Morris. Et aussi leur maître à tous les 3 : Jijé, le père de Jerry Spring, qui les a tous formés à la BD dans sa maison de Waterloo.

La chronique de Lucile Poulain : "Les intrépides" d’Hervé Commère, éd. Fleuve Editions, 2022

La vie des locataires d’un petit immeuble parisien bascule lorsqu’ils reçoivent tous une lettre de leur propriétaire, courte et effrayante : le bien va être vendu. Allez ouste, tout le monde dehors ! C’est Raoul – le fils de taxi lui-même devenu taxi – qui nous raconte cette histoire a priori banale, un homme d’une bonne quarantaine d’années qui passe à côté de ses rêves, et dont la plus grande histoire d’amour a tourné au vinaigre. Raoul c’est un mec qui ne passe pas par quatre chemins, qui peut aussi bien envoyer bouler ses clients que renverser une sauce au poisson sur la tête d’un restaurateur, un numéro un peu spécial qui navigue toujours entre deux eaux. Et sous ses airs bourrus, c’est lui qui va se rapprocher de ses compagnons de galère, les autres locataires.

La chronique de Michel Dufranne : “Panique générale” de James Ellroy, éd. Rivages/Noir, 2022

Après "Extorsion", James Ellroy raconte la suite des confessions de l’abominable Freddy Otash, maître chanteur, voyeur et proxénète, un concentré d’humour noir inspiré par la vie du véritable Freddy Otash. Pour tout savoir sur les turpitudes d’Hollywood, réelles ou inventées !

La chronique d’Odile Vanhellemont : “La Mer sans étoiles” d’Erin Morgenstern, éd. Pocket, 2021

Perdu au rayon fiction de sa bibliothèque universitaire, Zachary tombe sur un bien curieux ouvrage : pas de date, pas d’éditeur, pas d’auteur, juste un titre : " Doux chagrins ". C’est en le feuilletant qu’il découvre une anecdote secrète de son enfance, imprimée juste là sur le papier.

En effet, des années plus tôt, il s’est retrouvé devant une porte peinte en trompe-l’œil sur un mur. Si vraie que nature qu’il a failli en tourner la poignée ! Mais il ne l’a pas fait, "pas encore…"

Très intrigué, Zachary épluche les pages de " Doux chagrins ", sans trouver d’autres indices qu’une abeille, une clé et une épée. Notre héros va ainsi remonter la trace d’une société secrète et partir à la recherche de la Mer sans étoiles du titre.

La chronique surprise : Douglas Kennedy, avec “Trois chambres à Manhattan”, de Georges Simenon, éd. Poche, 1946

Lorsqu’ils se rencontrent au milieu de la nuit dans un bar de Manhattan, Kay et Franck sont deux êtres à la dérive. Lui, acteur naguère célèbre, proche de la cinquantaine, tente d’oublier que sa femme l’a quitté pour un homme plus jeune. Elle, chassée de la chambre qu’elle partageait avec une amie, n’a plus même un endroit pour dormir… Mais si l’attirance entre eux est réciproque, peut-elle suffire à leur faire oublier les blessures de la vie ? Redoutant de la perdre, jaloux de son passé et des hommes qu’elle a connus, aussi peu sûr d’elle que de lui, Franck sera bien près de saccager cet amour qui est peut-être sa nouvelle chance…

La chronique de fin de Thierry Bellefroid, "Un singe en hiver", d’Antoine Blondin, éd Table ronde, 2022

Le chauffeur n’avait plus le loisir de ralentir…
Immobile, le ventre à toucher le capot, les pieds joints, Fouquet enveloppa d’un mouvement caressant la carrosserie de la voiture qui filait contre lui ; un instant, il donna l’impression qu’il allait abandonner sa veste au flanc hérissé de l’auto, mais déjà celle-ci l’avait dépassé, et, coinçant son vêtement sous son bras, il libéra sa main droite pour saluer à la ronde les spectateurs qui s’exclamaient diversement.
" olé ", dit-il…

La chronique de fin de Thierry Bellefroid, "Les valseuses", de Bertrand Blier, éd SEGHERS, 2022 - 1972

Pour avoir fait un coup, comme ça, sans penser à mal (piquer la DS 21 d’un coiffeur, histoire de faire un tour jusqu’à la mer), Jean-Claude et Pierrot se trouvent embarqués dans une drôle d’aventure.
Ils ont tout à coup de l’argent plein les poches, des fringues, des bagnoles et des filles, quelles filles ! Marie-Ange surtout, la plus formidable de toutes. Tout ce qu’ils aiment et qu’ils n’avaient jamais eu. Oui, mais ils ont aussi la police aux fesses ! Or, tout plutôt que la prison.
Alors, c’est la fuite. On dort à la belle étoile, on se planque dans des résidences secondaires, on zigzague de la Côte basque à l’Alsace, sans oublier bien sûr de s’envoyer en l’air à chaque occasion.
Mais allez savoir comment ça finit, des histoires pareilles…

Articles recommandés pour vous