RTBFPasser au contenu

Voyage - Bons plans

Voyager en solo (mais à plusieurs) au féminin, c'est possible !

Voyager en solo (mais à plusieurs) au féminin, c'est possible !
10 juil. 2021 à 17:003 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Zoom sur le voyage au féminin en solo... mais ensemble. Grâce à un groupe Facebook, des femmes francophones s'entraident, s'accompagnent et se lient d'amitié à travers le voyage. Un moyen de se rassurer pour mieux se lancer.

Un groupe Facebook réunit des voyageuses non accompagnées

"Mon premier voyage en solo se fait cet été. Avant, je n'osais pas partir." Alix, 25 ans, s'apprête à voyager quatre jours sur le GR34. Un trip en solo sur un sentier de randonnée qui longe la côte littorale bretonne.

Depuis trois ou quatre ans, elle est inscrite sur le groupe Facebook "Voyager au féminin en sac à dos".  Elle lit, regarde des témoignages et des photos de milliers de femmes qui partagent leurs expériences de voyage. Son cas n'est pas isolé : comme elle, de nombreuses femmes passent le cap du voyage en solo mais à plusieurs. 

Créé en avril 2016, le groupe réunit "toutes ces femmes qui ont besoin de conseils ou d'aide pour voyager", déclare Jenny Diab, fondatrice du groupe Facebook et blogueuse voyage. Il réunit aujourd'hui 88.000 membres, uniquement des femmes.

Ce groupe met en contact des membres venues demander conseils et recommandations pour s'informer sur des destinations ou trouver des partenaires de voyage.

Car se lancer nécessite un temps de digestion, d'appréhender la solitude et de sentir en sécurité. En 2020, près de 78% des femmes n'ont jamais tenté de voyager seules, selon un sondage Ifop-Tourlane, pour des questions de sécurité mais aussi par peur d'être seules

Se rassurer avant d'aborder le voyage 100% solo

Le sas de décompression pour se lancer ensuite en solo a été un voyage 100% féminin en Laponie organisé par Jenny Diab et l'agence de voyages Worldway. Une semaine en plein hiver à enchaîner des activités menées par la blogueuse. "C'était un voyage structuré”, se souvient Coralie, 28 ans. "Tous les jours, on faisait des activités : balade en chiens de traineaux, en motoneige, admirer les aurores boréales. C'était une colo pour adultes."

Alix a également participé à l'un des voyages dans la région finlandaise. Ces nouvelles rencontres lui ont permis d'ouvrir sa vision sur le voyage. "J'avais peur de m'ennuyer en partant seule en voyage. Quand je suis partie en Laponie, je ne connaissais personne et nous avons créé des liens très forts. Je me suis dit qu'il n'y avait pas de raison que ça ne se reproduise pas."

Sororité, amitié, sécurité : une communauté bienveillante

Audrey, 41 ans, se rappelle qu'elle n'a jamais voulu voyager seule à 20 ans de peur qu'il lui arrive quelque chose. Aujourd'hui, ces "peurs sont infondées", selon elle.

"Quand on voit tous les témoignages, les vidéos de youtubeuses, on constate que ce n'est pas forcément dangereux de voyager quand on est une femme."

Pourtant, même si aucune statistique n'existe à propos des violences commises sur des femmes voyageant en solo, "il est établi que les femmes courent dans l'espace public des risques auxquels ne sont pas exposés les hommes, dans leur pays mais pas seulement", déclare Phumzile Mlambo‑Ngcuka, directrice exécutive d'ONU Femmes dans Courrier International.

Grâce au groupe Facebook de Jenny Diab, les femmes peuvent discuter entre elles selon les projets de voyage, s'accompagner ou faire un bout de chemin ensemble.

Les informations qu'apportent les membres du groupe sont "une mine d'or" et font émerger une culture d'entraide et de communauté. Audrey explique : "Mon fils est au Brésil en ce moment et à cause de la pandémie, je bataille avec le consulat pour qu'il revienne. Jenny m'a donné des informations pour lui transférer de l'argent en toute sécurité". Simple et efficace : le groupe permet de rester en contact "pour aider les filles en galère".

"Il n'y a plus d'excuses !"

"Quand j'organise un voyage, je mets un mot sur le groupe. A chaque fois, j'ai des dizaines de réponses en très peu de temps. C'est un gros carnet de voyages", explique Christelle, 26 ans, partie en Laponie en janvier 2020. Le carnet d'adresses virtuel tisse des amitiés bien réelles. "Récemment, je suis partie dans les Landes. J'ai écrit aux filles sur le groupe et l'une d'elles était dans le coin. On s'est revues."

Aujourd'hui, l'artisane de 41 ans conseille de ne pas se laisser paralyser par la peur, la seule chose qui peut empêcher de voyager. "Les technologies permettent d'avoir énormément d'informations, de créer du lien et d'avoir un contact si jamais il y a un problème." "Il n'y a plus d'excuses !", déclare-t-elle en rigolant.

Sur le même sujet

05 août 2021 à 16:00
3 min
14 juil. 2021 à 16:00
1 min

Articles recommandés pour vous