On n'est pas des pigeons

Vous n’êtes pas l’otage de votre fournisseur d’énergie

Changer de fournisseur d'énergie, c'est relativement facile et ça peut rapporter plusieurs centaines d'euros pas an.

© Getty images

D’un fournisseur à l’autre, les prix du gaz et de l’électricité peuvent varier d’environ 10%. Quand on sait qu’une facture annuelle d’une famille de quatre personnes peut désormais avoisiner 8000 euros par an, ça fait quand même 800 euros de différence. Donc oui, changer de fournisseur peut faire gagner beaucoup d’argent.

Est-ce qu’on peut changer de fournisseur en un claquement de doigts ?

C'est le nouveau fournisseur qui s'occupe de tout.

" C'est assez simple et rapide, confirme Laurent Jaquet, le directeur de la CREG (Commission de régulation de l’électricité et du gaz). Le client choisit un nouveau fournisseur et c’est ce fournisseur qui s’occupe de toutes les formalités. Quelques jours plus tard, le client reçoit un courrier pour faire un relevé du compteur. Ce relevé permet de clôturer l’ancien contrat. " nous explique Laurent Jaquet, le directeur de la CREG (Commission de régulation de l’électricité et du gaz).

Le changement de fournisseur n’entraîne aucune indemnité de rupture pour le consommateur. Même un contrat fixe d’une ou plusieurs années peut être interrompu de cette manière.

Qui a intérêt à changer de fournisseur ?

Si vous aviez un contrat fixe avant la flambée des prix, ne changez surtout pas !

Cela dépend de votre contrat actuel, répond Julie Frère. Les consommateurs qui ont signé un contrat fixe avant que les prix flambent ne doivent surtout pas bouger. Ils garderont ce tarif avantageux jusqu’à la fin du contrat. "

La plupart des contrats sont conclus pour une durée d’un an. L’avantage est donc éphémère. Mais certains clients, bien inspirés ou chanceux, ont signé des contrats de deux, trois ou cinq ans. Ceux-là, ils sont rares, sont tranquilles pour un moment.

Tous les autres, qui sont liés par des contrats variables ou des contrats fixes arrivant à échéance ont intérêt à comparer les prix du marché pour éventuellement changer de fournisseur ", conseille Julie Frère.

Comment choisir son fournisseur ?

C’est là que cela se corse. Le nombre de fournisseurs est pléthorique et les offres sont très difficiles à comparer. Pour les contrats variables, il y a plus de 40 paramètres d’indexation différents ; certains sont indexés tous les mois, d’autres tous les trois mois. Dans cette forêt vierge, la CREG propose un premier outil aux consommateurs : le CREG scan (https://www.creg.be/fr/cregscan#/).

Il permet de situer votre contrat globalement par rapport aux prix du marché, explique Laurent Jacquet, directeur de la CREG. Le résultat vous montre où se situe votre contrat d’énergie actuel par rapport au produit le moins cher et le plus cher sur le marché à l’heure actuelle. "

Le deuxième bon réflexe ce sont les comparateurs d’offres sur internet. La CREG a accrédité deux comparateurs : Comparateur-Energie.be et Monenergie.be. Assez simples d’utilisation, ces comparateurs classent les offres, de la plus avantageuse à la plus chère.

Une offre de contrat variable peut apparaître comme avantageuse un jour et ne plus l'être le lendemain !

Il ne faut pas prendre ces classements pour argent comptant. Comme tous les contrats sont indexés à des moments et à des rythmes différents, une offre de contrat variable peut apparaître comme la plus avantageuse un jour et perdre 10 places le lendemain. Il est donc utile de croiser les résultats de plusieurs comparateurs. Test achats en a développé un également. Cela prend du temps. Time is money

Contrat fixe ou variable ?

Les contrats fixes sont très chers mais vous garantissent une certaine sécurité.

Il n’y a plus que deux fournisseurs qui proposent des contrats fixes : Luminus et TotalEnergies (dans ce second cas uniquement pour les propriétaires de véhicules hybrides ou électriques). " Ce sont des contrats très chers, constate Julie Frère. Pour un ménage moyen, la facture peut s’élever à 700 euros par mois pour le gaz et l’électricité (ndlr. tarifs du mois de juillet). C’est le prix d’une certaine sécurité. "

Une chose est sûre : ceux qui souscrivent un tel contrat aujourd’hui ont intérêt à vérifier très régulièrement comment évoluent les conditions du marché pour rompre ce contrat dès que les prix repartiront à la baisse.

Offres d’achats groupés ?

Depuis la libéralisation du marché, des opérations d’achats groupés sont organisées à l’initiative de différents acteurs : ONG (comme Greenpeace), associations (comme Test Achats), communes, entreprises, etc.

En regroupant des milliers de clients, elles sont censées inciter les fournisseurs à baisser leur prix, à faire des offres très avantageuses. Mais dans une étude réalisée en 2018, la CREG a mis en évidence que : La participation à un achat groupé ne donne pas aux consommateurs la garantie de se voir proposer le produit le moins cher du marché.

Et la CREG de conclure : Il est très important que le consommateur sache qu’il est possible d’égaler (voire de dépasser) les économies (qui peuvent être) réalisées grâce à un achat groupé en participant activement au marché de l’énergie.

Ce qui signifie surveiller régulièrement les prix du marché par rapport à son contrat. Retour au CREG scan et aux comparateurs.

Retrouvez "On n’est pas des pigeons" sur la Une, du lundi au vendredi à 18h30 et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook et sur YouTube.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous