RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Voitures électriques plus chères: êtes-vous concerné ?

Voitures électriques: bientôt impayables?

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 mars 2022 à 14:18Temps de lecture2 min
Par Olivier Corroenne

Rien semble-t-il n'échappe à l'augmentation des prix ! La voiture électrique ne fait pas exception ! Avec un prix déjà très élevé par rapport aux voitures thermiques, l'espoir était de voir poindre une diminution.

Voiture électrique en recharge.
Voiture électrique en recharge. Getty Images

Le prix des matières premières utilisées pour construire les batteries s'en mêle ! Mais est-ce vraiment important pour le particulier aujourd'hui ? "On n'est pas des pigeons" fait le point.

Contrôle des prix de production

GettyImages

Le prix des matières premières - nickel, cobalt, lithium - s'envolent ! Le lithium a ainsi fait fois cinq l'année dernière. Comment s'en sortent les constructeurs automobiles ? Coup de sonde chez BMW, auprès de Jeroen Lissens, porte-parole BMW : "Le cobalt, par exemple, avec le lithium, qui est un des éléments des plus importants dans les cellules des batteries, on l'achète directement auprès des fournisseurs, auprès des sociétés minières en Australie et au Maroc afin de mieux contrôler les coûts. Mais aussi pour éviter les abus sociaux et environnementaux et pour produire de façon durable". 

Les constructeurs font donc tout pour contrôler les coûts de production. Mais s'il y a une hausse de prix, ce sera sur le prix déjà très élevé d'une voiture électrique par rapport à une voiture thermique. Chez BMW, la X3 essence coûte 51.650 euros et la iX3 électrique...18.000 euros supplémentaires, soit 69.950 euros ! 

Surcoût marginal

GettyImages

Alors, sur ce type de voiture, quel serait l'impact de la hausse des matières premières ? "On parle de deux à trois mille euros à peu près en moyenne", précise Xavier Daffe, rédacteur en chef du magazine  "Le Moniteur automobile" "C'est vrai que sur le prix d'une électrique haut de gamme, genre Tesla à plus de 100 000, le surcoût sera marginal. Mais cela pourrait freiner encore un peu plus la diffusion des voitures électriques populaires ou abordables vers le grand public". 

Le particulier boude la voiture électrique

Qu'en est-il d'ailleurs de ces voitures plus abordables ? Chez Peugeot, par exemple, la 208 Style est à 23 650 euros. La version électrique correspondante culmine à 34 550 euros, soit 11 000 euros supplémentaires ! Un montant qui fait réfléchir le grand public. Si les entreprises achètent des voitures électriques de fonction, les particuliers sont très très frileux. Xavier Daffe : "Le particulier, c'est un pour cent de ce marché-là. C'est à peu près 250 à 300 voitures par an. Donc, on voit que, finalement, ça concerne très très peu de monde, dans le domaine du particulier". 

Le prix des matières premières  est à la hausse, mais aujourd'hui, le particulier n'est pas vraiment impacté, lui qui, même s'il est curieux, boude encore la voiture full électrique. 


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Dès 2035, fini les moteurs thermiques en Europe? Les 27 états membres ont approuvé le plan climat de l'Union Européenne

Monde Europe

La batterie : point faible de la voiture électrique !

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous