RTBFPasser au contenu
Rechercher

Voitures de location : Covid et pénurie de puces électroniques font flamber les prix

Gare à votre budget vacances si vous comptez louer une voiture
11 janv. 2022 à 16:08Temps de lecture3 min
Par Jean-Christophe Willems

A peine sorti des congés d'hiver qu'il est temps de penser à l'été. Si vous comptez louer une voiture et avez effectué une recherche sur un comparateur de prix, vous avez certainement tiqué en constatant les prix proposés.

Bien plus que les billets d'avion, les nuits d'hôtel ou les péages routiers, les prix des voitures de location ont bondi ces derniers mois. D'ailleurs, Carigami, l'agence de voyage en ligne spécialisée dans la location de voitures, vient de publier une étude sur la question.

Des prix plus que doublés en Italie

104 % d'augmentation entre 2019 et 2021, c'est la plus forte hausse de prix recensée dans le monde par le comparateur en ligne. Et c'est à l'Italie qu'échoit ce record. En deuxième position, on trouve l'Espagne (+ 85 %) et la Croatie (+ 62 %). La moyenne mondiale affiche tout de même un impressionnant + 43% par rapport à la situation qui prévalait avant la pandémie.

Mais c'est surtout l'année dernière où la tendance à la hausse a été la plus marquée. Car si le prix moyen par jour de location était de 32 euros en 2019, il n'a grimpé qu'à 35 € en 2020 pour s'envoler à 46 € l'an dernier. Mieux valait d'ailleurs éviter la Corse : 49 € à Bastia (+ 94 %), 52 € à Ajaccio (+ 101 %), et même 55 € à Figari (+ 98 %) . D'un autre côté, c'est toujours mieux qu'au Canada où le prix moyen était de 61 euros !

Peu de puces, peu d'offres et beaucoup de demandes

Dans un marché libéralisé, la loi de l'offre et de la demande explique souvent les phénomènes de fluctuation des prix. Et dans le cas du secteur de la location de véhicules à court terme il n'en va pas autrement. Mais pourquoi donc un tel bouleversement en si peu de temps ? "Tout d'abord, il faut préciser que les prix étaient exceptionnellement bas avant la pandémie", explique Frank Van Gool, directeur général de Renta, la fédération belge des loueurs de voitures.

"Et puis, le Covid est arrivé. Les voyages ont été moins nombreux et les loueurs ont réduit leurs flottes de véhicules. Quand les activités ont repris, ils ont été confrontés au manque de véhicules disponibles sur le marché à cause de la pénurie de puces électroniques. Ils ont aussi du louer leurs véhicules à des sociétés de leasing qui n'arrivaient plus à fournir leurs clients. On s'est donc retrouvé avec très peu de voitures disponibles par rapport à la demande. En Belgique, le prix moyen des locations a augmenté de 20 à 25%, mais c'est bien plus élevé dans les destinations touristiques."

Et comme le problème des semi-conducteurs n'est pas près de s'arrêter, l'approvisionnement en véhicules restera problématique toute l'année 2022. D'autant que, selon Renta, la stratégie des constructeurs a changé : "Les conditions d'achat des loueurs sont moins avantageuses qu'avant car les constructeurs veulent augmenter leur marge bénéficiaire. Ils privilégient les commandes des clients particuliers, qui payent leur voiture plus cher. Les loueurs sont donc obligés de garder leurs véhicules plus longtemps."

Ne pas attendre : cela ne baissera pas !

Au regard de la situation actuelle, on se dit qu'il serait peut-être de bon ton d'attendre un moment plus propice pour réserver. Mais personne ne croit vraiment à ce scénario d'ici l'été. Tout dépendra évidemment de la situation sanitaire à ce moment-là. Dès qu'un pays ou une région passera en vert sur la carte européenne, les réservations afflueront et les prix des voitures de location s'envoleront de plus belle.

Il est donc conseillé de réserver dès à présent, mais en choisissant une offre adéquate. La plupart des loueurs proposent des formules flexibles, permettant d'annuler sans frais jusqu'à la dernière minute. En cas de baisse de prix, le client peut donc envisager de supprimer sa réservation et procéder à une nouvelle aux conditions plus avantageuses. Et dans le cas contraire, si les tarifs augmentent, le prix payé restera celui qui était garanti lors de la réservation.

Extrait JT du 15 février dernier :

Automobile / Usines à larrêt faute de puces électroniques

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ford ne pourra prochainement plus vendre de véhicules en Allemagne

Economie

Chips Act : L'UE veut rattraper son retard dans la production de puces électroniques

Monde Europe

Articles recommandés pour vous