RTBFPasser au contenu

Regions

Voici 3 ans, Liège vivait l'une de ses heures les plus noires

Voici 3 ans, Liège vivait l'une de ses heures les plus noires
13 déc. 2014 à 09:50 - mise à jour 13 déc. 2014 à 09:591 min
Par RTBF

Il est 12h32 lorsque sur la place Saint Lambert de Liège, plusieurs explosions retentissent, suivies de tirs à l’arme automatique. La foule est nombreuse. Les témoins ne comprennent pas directement ce qui se passe. "J’ai entendu un ‘boum’ terrible, explique cette dame, je me suis retournée vers la Place Saint-Lambert, et le deuxième ‘boum’ a tout de suite retenti, si bien que je suis sortie. Et déjà à ce moment-là les policiers arrivaient. ‘Sauvez-vous, sauvez-vous !’ qu’ils m’ont dit… "

D’autres se trouvaient à un arrêt de bus. La scène qu’ils vivent les épouvante : "On a entendu des gros bruits d’explosion puis d’un coup des bruits de mitraillette… C’était horrible…"

L’auteur des faits se suicide avec un révolver. Son identité est rapidement établie. C’est Nordine Amrani. "Ce matin, il était convoqué pour une audition dans un service de police", précise Danielle Reynders, alors procureur du Roi, au cours d’une conférence de presse.

Cinq morts sur la place, une femme de ménage tuée dans les heures qui précèdent, 147 blessés : c’est le triste bilan d’un tueur isolé. C’est la thèse que retiendra la justice. Trois ans après, des familles ont connu le deuil. Des blessés gardent dans leur chair les traces d’un acte fou.

Aujourd’hui, l’action publique s’est éteinte puisque l’auteur des faits s’est suicidé ce jour-là. Le dossier pénal est donc refermé et une ordonnance de non-lieu a été rendue. Des familles de victimes comptent toutefois attaquer l’État belge au civil pour divers manquements.

Olivier Thunus

 

Articles recommandés pour vous