RTBFPasser au contenu

Belgique

Vivre avec quelle pension ? Les résultats de l'enquête

Vivre avec quelle pension ? Les résultats de l'enquête
06 sept. 2010 à 14:454 min
Par RTBF

Le département Nouveaux Médias de la RTBF et la rédaction internet ont mené ces derniers jour une grande enquête sur la pension des Belges et quelque 8000 internautes ont répondu à nos questions. Un problème qui interpelle à tous les âges, puisque toutes les tranches d'âges sont représentées allant de 20 ans à 90 ans. La majorité des participants (29,96%) ont entre 51 et 60 ans, 20% ont entre 41 et 50 ans et 20% ont entre 61 et 70 ans. Petit tour d'horizon des principales réponses...

Quel devrait être le montant minimal net de la pension ?

Les trois grands syndicats CSC, FGTB et CGSLB réclament une pension minimale d'au moins 1150 euros par mois, contre un minimum actuellement de 1004 euros dans le cas le plus défavorable (les pensions d'isolé).

D'après le sondage réalisé par la RTBF.be auprès de 8000 internautes, le montant minimal nécessaire d'une pension décente serait de 1471,45 euros en moyenne, soit entre 1000 et 1500 euros pour quelques 69,27% d'entre eux, alors qu'ils sont 20,95 % à penser qu'elle devrait se situer entre 1500 et 2000 euros.

Faut-il retarder l'âge légal de la pension au-delà de 65 ans ?

En Belgique, l'âge légal de la pension est fixé à 65 ans pour les trois régimes de travail : salariés, indépendants et fonctionnaires. Sous certaines conditions, qui varient en fonction du statut professionnel, il est possible de prendre une pension anticipée.

Les internautes sont catégoriques, pour 81% d'entre eux, il n'est pas question de retarder l'âge légal de la pension, alors que seulement 15,92% y sont favorables. Quelque 2,98% n'ont pas d'avis sur la question.

Faut-il renoncer aux prépensions pour augmenter le taux d'emploi ?

Sachant qu'aujourd'hui, en moyenne, les Belges quittent leur emploi à 58/59 ans, les avis sont mitigés, l'enquête révèle que 53,32% des personnes interrogées répondent non au renoncement des prépensions alors que 40,23% y sont favorables. 6,4% sont sans avis.

Faut-il, pour assurer un montant de pension plus décent, généraliser le deuxième pilier, c'est-à-dire les pensions complémentaires capitalisées ?

L'extension du deuxième pilier (pension complémentaire collective) n'est pas une solution aux insuffisances actuelles du premier pilier, selon le Comité consultatif pour les pensions, qui pointe du doigt les inégalités et l'insécurité des pensions complémentaires. Si le montant des cotisations du deuxième pilier est fixé à l'avance, les avantages ne sont eux pas garantis, note-t-il, en soulignant notamment les pertes provoquées par la crise bancaire.

Alors que pour un peu plus de la moitié des personnes sondées (53,48%), il serait nécessaire de généraliser le deuxième pilier, 32,22% désapprouvent cette idée. 14,28% sont restés sans avis sur la question.

Les retraités devraient-ils être autorisés à travailler sans limites de revenus ?

Plus de la moitié des internautes (57,35%) se sont prononcés en faveur de cette idée, 37,86% sont contre et 4,78% n'ont pas d'avis.

Faut-il simplifier le système belge des pensions et donner un statut unique aux salariés, aux fonctionnaires et aux indépendants ?

Pour les travailleurs salariés, le montant de la pension est calculé sur la base de trois paramètres : la durée de la carrière professionnelle, les rémunérations perçues lors de la carrière et la situation familiale.

Pour les indépendants, les paramètres qui entrent en compte sont identiques à ceux utilisés dans le régime des travailleurs salariés (carrière, revenus professionnels et situation familiale). Toutefois, certaines modalités diffèrent. On fait ainsi une distinction entre les revenus professionnels perçus avant et à partir de 1984. Les années avant 1984 donnent droit à une pension forfaitaire. Pour les années suivantes, la pension est calculée sur la base des revenus professionnels réels.

Pour les fonctionnaires, le régime de pension est très différent de celui des travailleurs salariés. On ne prend pas en considération les rémunérations obtenues tout au long de la carrière, mais on s'en tient à un traitement de référence qui correspond à la moyenne du traitement des 5 dernières années de la carrière.

D'après l'enquête, 63,41% des internautes, soit la majorité, souhaiteraient un statut unique pour les salariés, les fonctionnaires et les indépendants. Seulement 21,12% ne souhaitent pas réformer le système actuel et quelque 15,46 % sont sans avis.

Les responsables politiques arriveront-ils à réformer notre système de pension ?

Le prochain gouvernement aura du pain sur la planche avec ce dossier qui était pourtant une priorité du gouvernement Leterme. L'avis des internautes est clair, 63,41% d'entre eux pensent que les responsables politiques ne trouveront pas d'accord sur le système de réforme des pensions. 21,12% restent malgré tout optimiste et 15,46% ne préfèrent ne pas se prononcer.

Les résultats présentés ci-dessus n'ont qu'une valeur indicative, et l'échantillon de l'enquête n'est certainement pas représentatif de l'ensemble de la population belge. Par définition, seuls ceux qui ont accès à internet ont pu donner leur avis.

Il est difficile de calculer précisément le biais introduit, tenant compte de la fracture numérique et des statistiques disponibles qui témoignent que 70% seulement des Belges ont un ordinateur au bureau ou à la maison. Les 30% restant, parmi lesquels figurent forcément les plus défavorisés, les personnes agées n'ont pas eu l'occasion de donner leur avis sur les pensions.  

RTBF

Articles recommandés pour vous