RTBFPasser au contenu

Viva for Life

Viva For Life : les larmes sont difficiles à contenir dans le cube suite au témoignage de cette sinistrée d'Angleur

Viva For Life : les larmes sont difficiles à contenir dans le cube suite au témoignage de cette sinistrée d'Angleur
20 déc. 2021 à 13:152 min
Par Viva For Life

Pour Viva For Life, la journaliste Olivia Grisard a recueilli les propos de Florence Herquin, une habitante d’Angleur issue de la classe moyenne qui a tout perdu suite aux inondations. Son témoignage a beaucoup touché Sara De Paduwa, Samuel Grulois et Fabian Le Castel.

Son mari est décédé il y a 15 ans et elle travaille comme opticienne pour payer des études à son dernier fils. Tout ce qu’elle a et qu’elle chérit, c’est sa maison. Mais le 14 juillet, 1m80 d’eau vient la ravager. Aujourd’hui, comme elle est propriétaire et qu’elle travaille, elle n’a droit à aucune aide, pas même la possibilité d’être relogée le temps des travaux pour sortir de ses 4 murs de briques gorgés d’eau. Elle se sent complètement abandonnée…

“On a beaucoup entendu autour de nous les gens qui, socialement défavorisés, ont pu bénéficier d’un logement rapidement parce qu’ils n’étaient pas propriétaires. Quand on est propriétaire on n’a droit à rien de tout ça confie-t-elle.

Florence explique que la plupart des gens reçoivent une aide de 645 euros et 190 euros supplémentaires par personne à charge, Et nous, propriétaire on est puni parce qu’on ne provient pas d’un système socialLe problème c’est que nos maisons ne valent plus rien, elles sont dans un état. On espère que les assurances vont défrayer.

Sa maison est tout ce qu’elle possède. Acheté bon marché bien avant l’arrivée de ses enfants, le logement est situé à côté d’une usine et en face du chemin de fer.

Elle nous confie avec beaucoup d’émotions sa détresse : Ma maison c’est mon assurance pension, vieillesse. On me donnerait de l’argent pour acheter un château je crois que je garderais cette maison. J’y finirai mes jours. Moi je n’aurai que ça, je ne sais pas mettre de l’argent de côté. Donc il faut que ma maison redevienne comme avant, ajoute-t-elle avant de conclure avec ces paroles en sanglots Je ne suis pas croyante, mais je crois en l’humanité. On sait s’entraider”.

Loading...

Les larmes sont difficiles à contenir dans le cube suite au témoignage de cette sinistrée

Viva For Life

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les animateurs très émus face à ce témoignage

A l’intérieur du cube, Sara et les chroniqueurs du 8/9 ont du mal de retenir leurs larmes. “Il y a de nouvelles familles qui basculent dans la pauvreté, dans la précarité. La vie n’a pas été simple pour elle. Déjà elle a perdu son mari, elle se retrouve seule avec les enfants” ajoute Sara.

"Les inondations c’est vraiment une fatalité. On rajoute la misère à la misère. Ça, c’est une double peine pour cette dame. Et c’est vraiment difficile à entendre tout en sachant que des décisions sont prises bien au-dessus de nous. Qu’elles ne sont pas toujours les bonnes et qu’elles sont parfois révoltantes et puis maintenant il faut aider”, rebondit Samuel Grulois.

Fabian Le Castel s’est rendu sur place durant les inondations, ça le touche d’autant plus : Florence rappelle que les gens précarisés sont aussi de la classe moyenne. Des gens qui travaillent, qui sont propriétaires et qui rencontrent des soucis comme ça.

Les inondations de la mi-juillet ont également touché de très nombreuses personnes en situation de pauvreté, mettant encore clairement en lumière les inégalités sociales. 1 enfant sur 5 chez nous n’a pas d’endroit adapté où faire ses devoirs. Les associations financées par Viva for Life travaillent dur pour réduire les inégalités entre les enfants.

Loading...

Important à savoir : jusqu’au 31 décembre 2021, tout don de minimum 40€ vous donne droit à une déduction fiscale de 45%.

En faisant un don de 100€ par exemple, vous paierez en réalité 55€

Articles recommandés pour vous