RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Visionnez le récital de Jonas Kaufmann sur la webradio du Staatsoper

Jonas Kaufmann, ténor allemand très en vue que certains considèrent comme le plus doué de sa génération, a interprété "Dichterliebe" (Les Amours du poète), op. 48, un cycle de 16 lieder de Schumann composés sur des poèmes d’Heinrich Heine.
29 avr. 2020 à 10:58Temps de lecture2 min
Par Antoine Danhier

Ce 27 avril, le célèbre ténor allemand Jonas Kaufmann a donné un récital sur la webradio du Staatsoper de Munich, dans le cadre de la 4e édition du Concert du lundi organisé par l’institution. D’autres musiciens ont également pris part à cette soirée qui restera intégralement disponible en ligne à la demande, du 29 avril au 6 mai.

Comme de nombreux opéras dans le monde, le Staatsoper, l’Opéra d’Etat de Bavière de Munich, a mis en place sa propre formule pour rester actif sur la scène artistique et continuer à faire vibrer la musique dans les foyers malgré le confinement. Baptisée "Montagskonzert", soit "Concert du lundi", il s’agit de concerts hebdomadaires diffusés en direct sur la plateforme vidéo du site de l’institution, Staatsoper.tv. C’est l’occasion d’inviter des musiciens, mais aussi des danseurs du Bayerische Staatsoper, et de leur offrir une tribune prestigieuse.

Le concept est déjà bien rodé, puisque le concert de ce lundi 27 avril était le quatrième du genre. Une édition qui était cette fois investie d’un sens tout particulier, car la première œuvre du concert, "Piangero la sorte mia" de Georg Friedrich Haendel, exécutée par la soprano Elsa Benoit et le pianiste Donald Wagesde, rendait un hommage à un ancien directeur général et artistique de la maison (de 1993 à 2006), Sir Peter Jonas, décédé ce 22 avril d’un cancer.

Après cette dédicace émouvante, la soirée s’est poursuivie avec le quatuor pour piano et cordes n°2 de Mozart K. 493, en mi bémol majeur. L’œuvre a été jouée par quatre membres de l’orchestre bavarois : Donald Sulzen au piano, Gerhard Zank au violoncelle, Tilo Widenmeyer à l’alto et Michael Arlt au violon.

Enfin, pour clôturer la soirée en apothéose, Jonas Kaufmann, ténor allemand très en vue que certains considèrent comme le plus doué de sa génération, a interprété "Dichterliebe" (Les Amours du poète), op. 48, un cycle de 16 lieder de Schumann composés sur des poèmes d’Heinrich Heine. Il a été accompagné dans son récital par le pianiste Helmut Deutsch.

Loading...

Une pétition pour soutenir le secteur culturel

Jonas Kaufmann s’investit également par d’autres moyens que la musique. Ce même lundi 27 avril, avec Ludovic Tézier un baryton français également de renommée internationale, il a lancé une pétition pour encourager le public à soutenir l’opéra, très fragilisé par la fermeture des institutions culturelles et, au-delà, tout le secteur du spectacle. L’un des passages du texte qui accompagne la pétition mérite une attention particulière. Il rappelle que les initiatives comme celle du Staatsoper, qui nous sont gracieusement offertes, ne peuvent suffire à compenser la perte immense de ces artistes :

"A l’heure du confinement, les diffusions offertes à titre gracieux par les théâtres majeurs, mais aussi par les artistes y participant – ne l’oublions pas – ne sont qu’un expédient face à l’ampleur de la catastrophe que représente l’annulation en série, sans compensation, de tous les contrats artistiques. Et le succès qu’elles rencontrent atteste paradoxalement de l’attachement du public à "l’art vivant". Ce public passionné le sait, nous le vivons : l’art lyrique est consubstantiel à ces "planches" que deux millénaires n’ont pas usées, et la digitalisation actuelle, pour réconfortante qu’elle soit, n’est, malgré cela, qu’un succédané magnifique à une émotion fragile. Nous, artistes, sommes fragiles, l’opéra est fragile."

Sur le même sujet

C’est Noël avant l’heure avec le ténor Jonas Kaufmann

Le moment musical

Coronavirus : Le Metropolitan Opera organise un Gala confiné réunissant 40 artistes lyriques

Journal du classique

Articles recommandés pour vous