Belgique

Violences sexuelles : les établissements de l'enseignement supérieur doivent agir selon la FEF, la Fédération des Etudiants Francophones

03 août 2022 à 15:04Temps de lecture1 min
Par Belga

Les violences sexistes et sexuelles doivent devenir une priorité du gouvernement mais aussi des établissements de l'enseignement supérieur, plaide mercredi la Fédération des étudiants francophones (Fef) dans un communiqué. Les établissements devraient "prendre leur responsabilité et développer des procédures externes d'accompagnement des victimes et de suivi des plaintes", estime la fédération étudiante.

Un récent sondage de la Fef montrait que près d'une étudiante sur cinq s'estime victime de harcèlement. Or, de telles violences sexuelles ont un impact "énorme" sur les victimes, tant sur leur vie privée qu'académique, déplore la Fédération, pour qui les mesures actuelles sont "très insuffisantes". "Le système est rempli de failles qui découragent le signalement des faits, et les sanctions contre les coupables sont bien trop rares. Avec les procédures internes, obligatoires actuellement et pourtant absentes de certains établissements, la décision finale revient souvent au pouvoir hiérarchique, avec un risque de mise au silence qui a malheureusement déjà été observé."

Pour la Fef, des procédures externes doivent être mises en place, avec un cadre légal clairement défini et un accompagnement professionnel, afin que les victimes puissent s'exprimer en toute sécurité et d'empêcher "de manière efficace les personnes mises en cause de recommencer", conclut l'organisation.

Sur le même sujet

Enseignement : les étudiants du supérieur retrouvent leurs auditoires cette semaine

Belgique

Allemagne : le diocèse de Trèves a caché pendant des décennies des violences sexuelles commises au sein de l’Église

Monde

Articles recommandés pour vous