RTBFPasser au contenu

Violences sexuelles en RDC : une commission indépendante conclut à des "défaillances structurelles" à l’OMS

Violences sexuelles en RDC : une commission indépendante conclut à des "défaillances structurelles" à l’OMS
28 sept. 2021 à 15:471 min
Par Belga

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est en cause après les violences sexuelles présumées perpétrées par certains de ses employés en République démocratique du Congo (RDC). Des "défaillances structurelles" et des fautes professionnelles sont ciblées par les enquêteurs, selon un rapport publié mardi à Genève par la commission d’enquête indépendante lancée par l’OMS.

L’année dernière, The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters avaient révélé des accusations de violences sexuelles et de harcèlements lancées par plus de 50 femmes contre des travailleurs actifs sur la réponse à Ebola en RDC. Au moins 30 d’entre elles avaient ciblé des personnes "déclarant être" de l’OMS, mais d’autres agences onusiennes ou des ONG comme Médecins sans Frontières (MSF) étaient aussi en cause. Les accusations concernaient du personnel local et international.

Les excuses de l’OMS

"Une plus grande implication du bureau de la représentation de l’OMS en RDC aurait probablement permis de mieux gérer certains risques", "y compris des risques d’incidents d’exploitation et d’abus sexuels", estime la commission. Elle dénonce aussi des "négligences individuelles" qui équivalent à des fautes professionnelles, notamment de la part du responsable des opérations d’urgence de l’OMS en Afrique Michel Yao, qui n’a pas réagi assez rapidement aux indications remontées vers lui.


►►► À lire : L’OMS licenciera tout responsable des violences sexuelles en RDC


Le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est excusé du comportement des employés fautifs de l’organisation promettant des "conséquences sévères" aux responsables, lors du point de presse dédié à la publication du rapport d’enquête.

Articles recommandés pour vous