RTBFPasser au contenu
Rechercher

Vincent Van Peteghem ouvre le dialogue sur la réforme fiscale de la Vivaldi

02 juin 2021 à 15:11Temps de lecture1 min
Par Belga

Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, a lancé mercredi un dialogue autour de la réforme fiscale qu'ambitionne de réaliser la coalition Vivaldi. Il a mené avec la commission des Finances de la Chambre un échange de vue au cours duquel les partis de la majorité et de l'opposition ont posé leurs premières balises.

Le ministre est prêt à une "réflexion sans tabou". Les différents partis ont exposé leurs priorités. Ecolo estime que "les épaules plus larges" doivent contribuer et qu'il faut encourager la transition environnementale par la fiscalité. Un point qui distingue les écologistes du PTB. 

Ils insistent sur la progressivité de l'impôt comme les socialistes. "Aujourd'hui, seuls les revenus du travail sont soumis à cette progressivité", a fait remarquer Ahmed Laaouej (PS). A ses yeux, la réforme à venir ne devra pas nourrir la capacité d'épargne mais soutenir le revenu disponible. Le PS insiste sur la neutralité budgétaire impliquée selon lui par les grands principes de la réforme qui doit élargir l'assiette fiscale et diminuer certains taux et niveaux d'imposition.

Le MR a mis le ministre CD&V en garde: il faut une réforme globale et non travailler par silos. Les libéraux posent en outre une ligne rouge: il ne s'agit pas d'améliorer la situation d'une catégorie de la population au détriment d'une autre. 

Trois domaines feront l'objet du travail: la fiscalité du travail, la fiscalité patrimoniale et la fiscalité de la consommation. Le ministre ne partira pas d'une page blanche, mais bien de l'avis du Conseil supérieur des Finances, des recommandations internationales de l'OCDE et du FMI. Les organisations, associations, groupes d'intérêt et les citoyens seront également associés.

Sur le même sujet

Réforme fiscale : appels dans la majorité à entamer le débat au plus vite

Economie

Fin des cartes essence pour les trajets non professionnels : "Pas une bonne idée", selon le vice-premier MR David Clarinval

Politique

Articles recommandés pour vous