RTBFPasser au contenu
Rechercher

Football

Vincent Kompany avant le derby bruxellois : "L’Union Saint-Gilloise, le seul candidat au titre !"

Vincent Kompany à la veille du derby
28 janv. 2022 à 14:02 - mise à jour 28 janv. 2022 à 14:05Temps de lecture3 min
Par Vincent Langendries

A deux jours du derby tant attendu entre l’Union Saint-Gilloise et Anderlecht, Vincent Kompany s’est exprimé en conférence de presse. En mettant la pression sur son adversaire et en le comparant au Leicester City de 2015/16.

La défaite contre le Cercle est oubliée

A la question de savoir si la défaite de mercredi contre le Cercle de Bruges a laissé des traces, Vincent Kompany réagit : "On n’aime pas perdre mais on a subi des conditions qui ont fait de ce match un moment difficile. Avant l’exclusion on rentrait bien dans la rencontre. Il n’y a donc aucune raison de penser que c’était une mauvaise prestation. On a pu montrer que notre plan de jeu était bon. Mais des faits se sont accumulés et on ne contrôle pas tout. Je fais confiance à notre force mentale. Depuis que je suis ici, on a eu suffisamment de périodes difficiles et à chaque fois, on a connu cette pression que d’autres n’ont pas. Donc automatiquement on a dû faire preuve d’un ressort mental et on a pu compter sur un noyau compétitif".

L’Union est le seul candidat au titre

Le coach Kompany n’y va pas par quatre chemins pour évoquer son adversaire. Il place les Unionistes au plus haut de l’affiche. "Dire que l’Union est le seul candidat au titre ne veut pas dire que les Unionistes seront champions. Car en Belgique on a un système fantastique (sic) de Play Off. Et être champion, ce n’est pas être 20 fois la meilleure équipe. Mais 3 ou 4 fois être meilleur dans certains moments clés. Et l’Union a toujours su gérer jusqu’ici ces moments importants. C’est pourquoi, selon ma définition, ils sont les candidats au titre. Les autres équipes doivent tendre vers ce que l’Union a fait".

On est plus loin qu’au match aller

A l’aller, lors de la première journée de championnat, l’Union avait surpris tout le monde en venant s’imposer à Anderlecht. "Par rapport au 1er match, je veux préciser que, à ce moment-là, notre équipe était en plein renouveau… avec 12 nouveaux joueurs notamment. Aujourd’hui, nous sommes plus loin. Les joueurs comprennent ce qu’on veut. Mais l’Union a progressé aussi. Même si elle était déjà bien organisée, car en pleine continuité par rapport à la saison précédente. En plus je le répète, cette équipe a su saisir les moments clés. Je reconnais cela parfaitement car, moi aussi comme joueur, j’ai fait partie d’équipes qui avaient ce petit quelque chose en plus. Pour l’instant l’Union ne doute pas mais on peut immiscer le doute dans leurs esprits. Pour cela il faut récupérer notre niveau et continuer à progresser."

Loading...

L’Union et Leicester c’est la même chose

Appellé à comparer le phénomène saint-gillois et la campagne de Leicester City qui avait conduit les hommes de Ranieri au titre de champion d’Angleterre en 2016, Kompany voit beaucoup de similitudes.

"C’est pratiquement la même chose que j’ai vécue avec Manchester City. La grande différence c’est qu’en Premier League il n’y avait pas de Play Off. C’est le même type d’histoire car on était 4 ou 5 à jouer le titre (Chelsea, United, Arsenal, City)… on se regardait les uns les autres. Et quand on consultait le classement, on faisait même abstraction de Leicester. En janvier on se disait ce n’est pas important.

On était deuxième derrière eux et on se considérait comme étant premiers. Mais en février, il était trop tard car Leicester continuait à prendre les points, le style était plus moche mais toujours efficace. Mais bon, la grosse différence c’est que les équipes ici sont au courant des qualités de l’Union alors qu’en Angleterre on a été surpris à la fin du championnat".

Je suis Bruxellois à 200%

Kompany a évidemment un regard particulier sur le derby et le folklore liés à un tel rendez-vous.

" En jeunes, notre concurrent c’était surtout le RWDM. Je suis Bruxellois pur souche. Il y a une vraie rivalité entre les clubs de Bruxelles mais pendant trop d’années, à part Anderlecht, il n’y a pas eu d’autre club en D1.

Mon rêve : voir Anderlecht, l’Union et le RWDM en première division

Mon rêve c’est de voir bientôt les 3 clubs réunis en première division. J’adore le derby et le folklore. C’est un match que je veux gagner et je suis aussi le premier à vouloir le bien des équipes bruxelloises.

Les supporters Saint-Gillois (seulement les abonnés) seront de retour dans les tribunes mais malheureusement pas les supporters visiteurs. Kompany le regrette. "Un vrai derby ce sont des tribunes pleines avec aussi des supporters adverses. Et j’ajouterais que pour moi, quand il s’agit d’un derby, on devrait accepter plus de supporters visiteurs par rapport à un autre adversaire. On crée du folklore et tout ce qui fait le charme du foot. Pour moi le derby c’est… la fanfare, tout ce qui va avec et les voisins qui se chamaillent."

 

Sur le même sujet

31 janv. 2022 à 21:16
Temps de lecture5 min

Articles recommandés pour vous