RTBFPasser au contenu

La vie du bon côté

Vieillir n'est pas une maladie !

Vieillir n'est pas une maladie !

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 oct. 2021 à 02:005 min
Par Catherine Pizzol

L'espérance de vie s'allonge. Chance ou malédiction ? Autrefois respectées, les personnes très âgées sont oubliées dans des lieux dévolus à la fin de vie loin du regard d'une société vouée à la performance. Pourtant vieillir n'est une maladie, ni un crime. Le Dr Véronique Lefebvre des Noëttes, psychiatre, docteur en philosophie pratique et éthique médicale, est l’invitée de ce podcast.

Malheur aux personnes très âgées, parfois polypathologiques, qui ne correspondent pas à l'image du "sénior dynamique" des publicités ! La valeur de ces vies "diminuées" est de plus en plus relativisée et souvent intériorisée, entraînant une perte de confiance en soi, voire des dépressions ou un "phénomène de glissement" de très nombreuses personnes isolées qui se laissent parfois mourir.

Les "très-vieux ", peu capables de défendre leurs droits, sont une minorité discriminée à une époque où les demandes de respect et d'égalité des différents groupes de la population vont pourtant croissant.

Le vieillissement n'est jamais un état, c'est une dynamique, un processus

Vieillir n'est ni une maladie ni un crime

Même s’il est plus fréquent d’être malade quand on est très vieux, le Grand Age n’est pas une maladie !

La voix des très vieux ne sont pas que tristesse et désolation mais source de vie, d’émerveillement, de transmission, de créativité et de sagesse.   

Où commence la vieillesse tant redoutée ? Y a-t-il une barrière d'âge : 60, 65, 75, 85, 100 ans ? Est-ce un ressentiment ? 

On peut se sentir vieux à 30 ans, comme jeune à 101 ans.

Selon Véronique Lefebvre des Noëttes, si le vieillissement de l'être humain est un processus, une réalité mouvante (à la fois physiologique, psychique, cognitive, sociétale)‚ ce n'est pas une usure‚ car les objets s'usent, ils ne vieillissent pas. Ce changement est aussi psychologiquecaractérisé classiquement par un apaisement des passions et des tensions internes. Le vieillissement est aussi un processus neurologique, avec des émoussements sensoriels ou mécaniques, cognitifs, avec des pertes de mémoire, des difficultés de langage ou de calcul.

Vieillir n'est pas une maladie

Si vieillir n'est pas une maladie en soi, il est fréquent que certaines maladies chroniques comme l'hypertension, le diabète, l'ostéoporose, des troubles cognitifs l'accompagnent. Le vieillissement peut devenir pathologique et c'est cette vision morbide qui influence à son tour sur les représentations négatives de la vieillesse. Pourtant, rassurez-vous ! Cela ne concerne que de 5 à 10 % de personnes de plus de 70 ans. 

 

Le vieillissement cognitif

La vieillesse n'est pas la maladie d'Alzheimer. 

Cognition et vieillissement

Devenir vieux n'est pas devenir sénile et encore moins "devenir Alzheimer". Certes, l'avancée en âge augmente le risque de développer la maladie d'Alzheimer, avec un risque qui passe de 5 % à 65 ans à 45 % au-delà de 90 ans chez les femmes. La bonne nouvelle, c'est que, contrairement aux idées reçues, nous ne perdons pas irrémédiablement des neurones de notre naissance à notre mortLe vieillissement normal peut s'accompagner de modifications du fonctionnement cognitif. 

En revanche, certains systèmes semblent mieux résister au vieillissement : ainsi, plusieurs aspects du langage se maintiennent avec l'âge, et il a même été montré, à de nombreuses reprises, que la mémoire sémantique (y compris la richesse du vocabulaire) ne cesse d'augmenter. Des caractéristiques positives du vieillissement ont également été soulignées, comme la réflexion avant l'action, la maturité émotionnelle ou encore la capacité de développer des stratégies d'adaptation efficaces. Dans tous ces cas, l'accent est mis sur la différence de façon d'agir entre les personnes âgées et les personnes plus jeunes. Celles qui restent actives sur le plan cognitif vieillissent moins vite et gardent plus longtemps une bonne sociabilité.

Des altérations du corps et de l'esprit

La vieillesse, c'est le visage marqué par le temps, la marque visible d'une fragilité. Être vieux, c'est être spontanément sur son apparence et son attitude physique, dès le premier contact. Cela crée, selon Emmanuel Levinas, un problème moral.

Le corps ne répond plus‚ mais l'esprit est vivant

L'apparence des grands vieillards dans nos salles à manger gériatriques, écroulés dans leurs fauteuils roulants, gémissant ou criant parfois‚ peut paraître rebutante, effrayante : ils sont perçus comme des objets, des légumes, des ombres errantes qui n'ont plus figure humaine … Car leurs corps défaits, leurs paroles insensées annoncent ce que nous redoutons pour nous-mêmes : la mort. Mais quand on s'approche de chaque personne, qu'on l'appelle par son nom, son prénom, qu'on s'adresse à elle comme à un être digne d'être reconnu dans son histoire, alors là, l'apparence n'a plus aucune importance : c'est la relation, elle, qui est vivante.

L'âme vivante

Même si le corps et l'esprit se fatiguent, l'âme reste vivante même chez les plus fragiles et les plus faibles des vieillards.

Dès qu'on dépasse le stade de la beauté physique, on touche à la beauté de l'âme, et on pénètre alors dans le territoire où règne la bonté, une générosité qui n'en finit pas de se donner " François Cheng

 

 

"Je veux faire entendre la voix des sans voix, des grands vieillards, des très vieux, des vieux vieux, des hors d'âge, des exclus, des pauvres vieux assignés à résidence dans des institutions qu'ils n'ont pas choisi et celle des personnes très âgées, polypathologiques, que je côtoie tous les jours. Leurs voix ne sont pas que tristesse et désolation, mais source de vie, d'émerveillement, de transmission, de créativité et de sagesse. Je veux entendre aussi ma voix, celle du médecin de terrain, de la citoyenne engagée depuis des décennies dans une démarche d'éthique incarnée, et celle de la petite-fille, la fille, la mère, la mamie si heureuse d'être encore de ce monde".

Vieillir n'est pas un crime

Vieillir n'est pas un crime ! Pour en finir avec l'âgisme

Dans cet ouvrage bouleversant, le Dr Véronique Lefebvre des Noëttes montre les solutions et la douceur de vieillir bien et nous fait entendre la voix et l'amour de la vie de nos aînés oubliés.

Dr Véronique Lefebvre des Noëttes

Le docteur Véronique Lefebvre des Noëttes, psychiatre du sujet âgé, accompagne au jour le jour les patients atteints d'Alzheimer du plus grand hôpital de gériatrie de France. Elle est docteur en philosophie pratique et éthique médicale, ce qui la conduit à une double réflexion éthique et philosophique, ancrée dans une longue expérience clinique de praticien hospitalier.

Envie d’en savoir plus ? Ecoutez notre podcast sur AUVIO

Sylvie Honoré

Tous les jours, prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours où vous voulez et quand vous le voulez en PODCAST sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone via l'application podcast. Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien-Etre et Santé en toute convivialité, en compagnie d’hommes et de femmes au parcours inspirant, qu’ils soient thérapeutes, spécialistes du bien-être ou simplement acteurs de leur vie. 

Loading...

Sur le même sujet

19 nov. 2021 à 03:00
5 min

Et si aimer était un art ?

La vie du bon côté
29 oct. 2021 à 02:00
3 min

Articles recommandés pour vous