Viande de cheval: l'autocontrôle, règle en matière d'industrie alimentaire

Le produit incriminé, en Grande-Bretagne

© ANDREW YATES - AFP

11 févr. 2013 à 07:31Temps de lecture2 min
Par Wahoub Fayoumi

En Belgique, cette marque de lasagnes  est vendue par les magasins Aldi. Mais on ne sait pas encore si le lot de lasagnes vendues chez nous contient également des traces de cheval. Une enquête de l'Afsca démarre aujourd'hui et devra le déterminer.

Cette affaire met en tout cas en lumière la complexité des chaînes de production alimentaire et la fragilité de la traçabilité et des contrôles sanitaires en Europe... sait-on finalement vraiment ce qui se trouve dans notre assiette? Qu'existe-t-il comme contrôle?

C'est le ministère de l’Économie qui vérifie chez nous si les étiquettes des aliments correspondent bien au contenu des emballages. C'est lui qui s'assure qu'on ne trompe pas le consommateur.  "Nous préparons une campagne de contrôle 20 000 contrôles annuellement. Il y  a simplement trop de produits sur le marché belge pour contrôler tout", explique Chantal De Pauw, porte-parole du ministère.

Quant à l'Afsca, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, elle contrôle principalement l'hygiène et la traçabilité des aliments. Mais la règle, en Europe, c'est surtout de l’autocontrôle des entreprises par elles-mêmes. "Comme dans tous les secteurs, vous avez des entreprises qui sont très strictes", explique l'avocate Aude Mahy. "Par rapport à ça mais d'autres entreprises vont plus ou moins respecter leur système d'autocontrôle".

D'où le risque de fraude... Mais même les entreprises de bonne volonté peuvent rencontrer des problèmes. Dans leur processus d'autocontrôle, qui est d'ailleurs certifié par l'Afsca, elles ne doivent surveiller leur produit que juste avant et juste après elles. Elles doivent simplement savoir à qui elles achètent et à qui elles revendent. "Au niveau de la traçabilité, il peut y avoir un problème qui vient du ou trois maillons en avant", ajoute Aude Mahy.

C'est bien le problème, dans le cas des lasagnes Findus: elles ont été préparées par Comigel, une entreprise française qui elle-même a acheté sa viande à une autre entreprise, qui elle-même s'est fournie, via deux traders intermédiaires, chez un producteur roumain.

Le groupe de surgelés Findus Nordic a annoncé qu'il allait porter plainte contre la société française Comigel et ses fournisseurs, tandis que l'un d'eux dénoncent le fournisseur roumain.

RTBF, avec D. Van Ossel

L'enquête SPF Eco sur la viande de cheval

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La problématique de la viande

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Un an après les lasagnes au cheval, rien (ou presque) n'a changé

Viande de cheval: l'UE procédera à 2250 tests

Articles recommandés pour vous