Regions Liège

Verviers : le PS trop divisé pour une nouvelle majorité, Malik Ben Achour ne sera pas bourgmestre

Verviers : le PS trop divisé pour une nouvelle majorité
24 avr. 2021 à 17:38 - mise à jour 24 avr. 2021 à 17:38Temps de lecture3 min
Par François Braibant

Le Parti Socialiste n'a pas ses sept signatures. Il ne pourra pas présenter de nouveau pacte de majorité et pousser Muriel Targnion dehors.

Voilà plusieurs mois que le PS verviétois discute avec le Cartel MR - NV - CDH pour former une nouvelle majorité. Selon le code de la démocratie locale, pour présenter un nouveau pacte de majorité et renverser la coalition précédente, chaque groupe politique doit réunir au moins la moitié des signatures de ses élus. C'est ce que le parti socialiste n'arrive pas à faire à Verviers. Les conseillers socialistes ne sont pas suffisemment nombreux à soutenir une solution avec Malik Ben Achour comme bourgmestre. Il n'y aura pas de nouvelle majorité Cartel - PS à Verviers.

Malik Ben Achour : "ils font le choix du chaos"

Malik Ben Achour explique que la solution proposée n'est pas soutenue par Chimaine Nangi, Antoine Lukoki, Saïd Naji et Anass Gallas : "Ils ont fait le choix du chaos" commente le chef de groupe socialiste au conseil communal de Verviers. "C'est le choix de la sécession. Ils trahissent le mandat que leur ont donné les instances du PS". 

Antoine Lukoki et Chimaine Nangi ont rencontré ce samedi après-midi le président des socialistes verviétois. Il s'agissait de les convaincre de soutenir la "solution Ben Achour". "J'ai été informé du résultat de cette discussion" commente Malik Ben Achour. "Ils étaient tous les deux pressentis comme échevins dans le nouveau pacte de majorité. Il a fallu constater qu'en aucun cas et dans aucune circonstance ils n'apposeront leurs signatures sur le pacte de majorité. Ca veut dire qu'il n'y aura pas sept socialistes pour déposer ce pacte et qu'il n'y a donc pas de majorité possible.  

J'ai pris acte du résultat de cette discussion. Je considère avec beaucoup de sévérité le choix qui est fait. Des conseillers communaux décident délibérément de maintenir Verviers dans une crise politique extrêmement grave. C'est très probélmatique. Ma mission, c'était d'essayer de trouver des solutions. On en avait trouvé une, la seule possible, validée par tous les partis partenaires. Moi, maintenant, je suis à bout d'idées. Je considère que ma mission est terminée, sauf rebondissement ou nouvel élément. A ceux qui ont fait le choix d'agraver la crise de trouver des solutions pour en sortir, mais je continue de penser qu'il n'y en a pas d'autre."

Chimaine Nangi et Antoine Lukoki ne commentent pas

Nous avons pu joindre Chimaine Nangi qui nous explique qu'elle et Antoine Lukoki ont décidé de communiquer "plus tard". Au MR, Maxime Degey "prend acte" de la nouvelle, assure que le Cartel veut toujours travailler "ensemble", constate qu'il est possible de réunir une majorité de conseillers pour ça, mais qu'il y a toujours un aspect du code de la démocratie locale qui rend la chose impossible. Maxime Degey ajoute que s'il existait un moyen simple pour retourner aux urnes, il n'y serait "pas opposé". Chez Ecolo, Hajib El Hajjaji "prend acte" lui aussi, ne comprend pas "qu'il ait fallu autant de semaines pour arriver à ce constat" et plaide pour une solution "qui respecte le code de la démocratie locale" (ce n'était pas le cas, selon écolo, de la "formule Ben Achour"). "Tout ça" conclut le conseiller ecolo, "c'est du temps perdu pour Verviers alors que la ville est en crise"

Le conseil communal de lundi doit voter le retrait de la "motion Istasse". Cette motion installait le socialiste Jean-François Istasse comme bourgmestre à la place de Muriel Targnion. Cette motion n'a plus d'effet ; elle est suspendue par le Conseil d'Etat. Mais elle existe encore et elle est un obstacle sur la voie du mayorat pour Malik Ben Achour. C'est pour ça qu'il fallait la retirer. Un précédent essai a eu lieu le 14 avril dernier. Essai raté. Et on a déjà pu y constater que le PS n'avait pas sept conseillers pour soutenir une "majorité Ben Achour". Qu'elle soit ou non retirée ce lundi n'a plus aucune importance pour le PS qui a décidé de retirer la prise. Elle devrait de toute façon être prochainement annulée par le Conseil d'Etat lui-même. Entretemps, à Verviers, le grand désordre politique persiste.

Articles recommandés pour vous