RTBFPasser au contenu

Belgique

Vers une décriminalisation de la prostitution, selon le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne

Vers une décriminalisation de la prostitution, selon le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne
01 avr. 2021 à 15:381 min
Par Jean-François Noulet, avec F. Van Eeckaut et Belga

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD) s’est déclaré en faveur d’une décriminalisation de la prostitution. Suite à une question parlementaire qui lui était posée, à la Chambre, sur les difficultés rencontrées par les travailleurs et travailleuses du sexe.

Pour Vincent Van Quickenborne, "la prostitution, c’est la plus vieille profession du monde. Cela existe, tout le monde le sait, mais on est hypocrite. C’est punissable, mais c’est toléré. Il y a même des villes qui mettent des taxes", a-t-il expliqué en interview. "Mais surtout, c’est dangereux", a-t-il ajouté, "parce qu’il y a une zone grise dans laquelle opèrent des proxénètes. Il y a des personnes vulnérables qui sont poussées dans la prostitution".

Le ministre est donc partisan d’une décriminalisation: "En décriminalisant la prostitution, on peut rendre un statut aux gens qui y travaillent". Ce qui permettrait à ces travailleuses et travailleurs du sexe d’avoir un statut. "Aujourd’hui, pour une prostituée, c’est impossible de faire un contrat avec une banque, d’avoir un statut social. Donc, nous voulons en finir pour faire une différence entre ce qui est légal, c’est-à-dire la prostitution choisie par un majeur sur base volontaire et d’un autre côté tous les abus qui existent, la traite des êtres humains et là, on va augmenter la lutte contre ces abus". Vincent Van Quickenborne parle d’un "libre choix". "Il faut respecter la liberté. En même temps, il faut protéger ces gens", explique-t-il.

Début mars, des travailleuses et travailleurs du sexe avaient manifesté à Bruxelles pour réclamer un statut et plus de considération en cette période de pandémie. Puisque leur activité est interdite et que, faute de statut, aucune aide comparable à celles octroyées à d’autres secteurs d’activité n’existe.

M. Van Quickenborne proposera au conseil des ministres de s’engager dans la voie de la décriminalisation. "Nous avons la chance de franchir un pas historique pour reconnaître et protéger les travailleurs du sexe, et arrêter les agissements des vautours criminels. Je compte pour cela sur le soutien du parlement", a-t-il conclu.

Sur le même sujet: JT 07/03/2021

Loading...

Articles recommandés pour vous