Regions

Vers un "parc naturel de la Molignée"? Quatre communes du Namurois voudraient créer un nouvel écrin

Panneaux d’entrée en agglomération et abbaye de Maredsous

© Tous droits réservés

Les communes d’Anhée, Florennes, Mettet et Onhaye veulent créer un parc naturel dans la Vallée de la Molignée (province de Namur), ont fait savoir les autorités locales jeudi lors d’une conférence de presse de présentation du projet. Il s’agirait du premier du genre dans la province namuroise.


A lire aussi : Un parc national en Wallonie ? En quoi est-ce différent (et complémentaire) de la réserve et du parc naturels ?


Ce "Parc naturel de la Molignée" (nom de la rivière qui traverse cette zone géographique) s’étendrait sur une superficie totale de 38.373 hectares et engloberait près de 35.000 habitants.

 

Sujet du 8 janvier 2020 (JT)

Abbaye de Maredsous : destination touristique très prisée

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Déjà 12 parcs wallons

S’il voit le jour, ce nouveau parc naturel viendrait s’ajouter aux douze déjà existants en Wallonie. Il serait en tout cas le premier en province de Namur.

Sa mise en œuvre serait dans un premier temps financée à 90% par la Région wallonne, les quatre communes prenant le solde à leur charge.

Parmi le patrimoine mis en valeur dans ce nouveau parc naturel, on retrouverait, entre autres, les abbayes de Maredsous et de Maredret ou encore les Jardins d’Annevoie, mais également de nombreuses plaines agricoles.

Extraits des "Ambassadeurs"

On a visité pour vous "Les Jardins d’Annevoie"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Richesse patrimoniale

Contrairement aux réserves naturelles qui sont des espaces inhabités, les parcs naturels sont des territoires où les gens vivent et travaillent. Ils peuvent donc englober des zones d’activités économiques et/ou des villages.

Si tout va bien, le dossier devrait être déposé auprès de la Région wallonne pour le courant du mois d’août 2023

A côté d’un objectif de préservation du patrimoine naturel et paysage, le parc aura aussi pour mission d’accueillir et d’informer le public et les visiteurs sur cette richesse, et ce dans un souci de développement durable incluant également des enjeux sociaux et économiques.

"Si tout va bien, le dossier devrait être déposé auprès de la Région wallonne pour le courant du mois d’août 2023", affirme Luc Piette, le bourgmestre d’Anhée. Actuellement, 326.000 hectares wallons sont élevés au rang de parcs naturels, soit 18% du territoire wallon.

Quelque 48 communes en font partie, concernant un peu plus de 210.000 personnes.

Sur le même sujet

Besoin de fraîcheur ? Les jardins d'Annevoie, un incontournable cet été !

Agence Tourisme

Les jardins d’eau d’Annevoie, uniques en Europe

Viva Week-End

Articles recommandés pour vous