RTBFPasser au contenu

Regions

Vendu à Dijon, un Brueghel est pourtant visible à Bruxelles

Vendu à Dijon, un Brueghel est pourtant visible à Bruxelles

C’est l’histoire d’un tableau sorti de l’imagination et de la main de Pieter Brueghel l’Ancien, en 1565. On y voit un paysage d’hiver. Un village enneigé, probablement Sint Anna Pede, en Brabant. Sur une rivière gelée, enfants et adultes patinent, apparemment insouciants. A l’avant-plan, à droite, des oiseaux picorent des graines. Ils ne le savent pas, mais, au-dessus d’eux, un piège est installé, qui ne demande qu’à les attraper, dès que son propriétaire, caché dans une maison proche, aura tiré sur une corde.

Certains spécialistes voient dans cette image une métaphore de la vie religieuse : on glisse, insouciant, sur la glace. Sans se douter que Satan pourrait s’emparer de votre âme. Selon d’autres experts, la peinture serait une allégorie de l’occupation de nos contrées par les Espagnols, toujours prêts à écraser les habitants, comme les oiseaux sous le piège.

Un thème populaire, de nombreuses copies

Quelle que soit ‎l’interprétation ‎qu’on lui donne, ce thème a connu un énorme succès : entre les versions peintes par Pieter Brueghel l’ancien, celles peintes par son fils Pieter Brueghel le jeune et les copies réalisées par l’atelier des artistes, on n’en dénombre pas moins de 140 exemplaires.

Et depuis ce dimanche, une 141° est venue s’ajouter à la liste. Car, à l’occasion d’une succession, un commissaire-priseur de Dijon, en Bourgogne, a repéré un tableau dans l’appartement qu'il était venu expertiser. Guilhelm Sabbe, le commissaire-priseur l’explique : "Il était exposé dans le salon. Il avait été accidenté lors d’un dégât des eaux. La famille l’avait fait restaurer. Elle se doutait que c’était une œuvre ancienne, sûrement précieuse. Mais elle était loin de penser que cette peinture pouvoir valoir, à elle seule, la valeur de la maison."

Une expertise a confirmé qu’il s’agissait bien d’une œuvre de Pieter Brueghel le jeune. Et, ce dimanche, elle a été vendue à 600.000 euros (plus les frais). Secret des enchères oblige, impossible de savoir qui est l’acheteur qui pourra contempler chaque jour cette peinture. Mais vous aussi, vous pouvez la contempler, puisqu’elle est exposée au Musée des Beaux-Arts, rue de la Régence.

L’original à Bruxelles ?

Eh oui : l’original de cette toile, signée Pieter Bruegel l’ancien, est au musée bruxellois. Entendons-nous : quand nous disons " l’original ", ce n’est pas non plus tout à fait sûr… Certains experts affirment que la version du musée de Bruxelles n’est elle-même qu’une déclinaison d’une œuvre première qui, elle, serait encore à découvrir.

Impossible de savoir comment ce tableau a atterri à Dijon. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il appartenait à la même famille depuis le début du XX° siècle. Mais on ne connaît rien de sa vie au cours des 300 ans qui ont précédé son arrivée en Bourgogne.

Articles recommandés pour vous