Regions Liège

Vélo en ville: "Liège n’est malheureusement pas encore très cyclable"

Vélo en ville: "Liège n’est malheureusement pas encore très cyclable"

© Stein Van Oosteren

02 déc. 2022 à 09:57Temps de lecture3 min
Par Mallaury Lehnertz et Caroline Adam sur base d'une interview de Fabian Magri

Plus qu'une mode, la pratique du vélo en ville est devenu une nécessité. Que ce soit pour l'environnement, la mobilité ou la santé. Mais encore faut-il avoir des infrastructures suffisantes.

Récemment, le Groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens (Gracq) a d'ailleurs mené une opération dans le centre de Liège pour réclamer davantage d'aménagements cyclistes. "Depuis deux ans, les autorités affirment qu'on va faire des choses pour les cyclistes, mais concrètement, il n'y a pas grand-chose" regrette le Gracq.

Liège n’est malheureusement pas encore une ville très cyclable

Alors, pour avoir un avis un peu extérieur à la question, nous avons fait appel à un spécialiste. Et les grands spécialistes du vélo en Europe, ce sont les Néerlandais. Nous sommes donc allés à la rencontre de Stein van Oosteren, auteur du livre “Pourquoi pas le vélo?", le "Monsieur Vélo" aux Pays-Bas, mais aussi en France où il est attaché à son ambassade à Paris.

"Liège n’est malheureusement pas encore une ville très cyclable" constate-t-il. C’est pour cela que beaucoup de gens ne prennent pas encore le vélo".

Ce qu'il manque, ce sont des aménagements sécurisants

Ce qu'il manque à Liège, selon lui, ce sont des aménagements sécurisants: "L’espace public est malheureusement assez hostile, c’est-à-dire qu’il est dévoué à l’automobile quasi exclusivement. C’est dommage, car ce n’est pas l’espace qui manque à Liège. Il y a des boulevards gigantesques sur lesquels il est assez facile d’aménager des pistes cyclables. J’ai aussi vu une "corona-piste", c’est-à-dire une piste cyclable temporaire qui a été mise en place lors de la pandémie. En plus de cela, il y a les travaux du tram qui bloquent aussi les voitures. Cela aurait été une superbe occasion de mettre en place un réseau cyclable temporaire".

Les travaux du tram, une opportunité ?

Il faudrait profiter des travaux du tram dès maintenant pour changer les habitudes, un peu comme à Bordeaux, selon cet expert des deux roues.

La liberté à vélo, c’est un réseau de pistes cyclables séparé

"Le maire de Bordeaux de l’époque a fait des travaux pour créer le tram, comme cela se passe à Liège, et cela a créé des difficultés. Comme disait Churchill : il ne faut jamais rater une bonne crise. Cela permettra aux gens de changer d’habitudes. En fait, beaucoup de gens se sont mis sur le vélo. Et le maire de Bordeaux à l’époque a accompagné cela avec une politique "vélos" pour consolider la liberté à vélo, c’est-à-dire un réseau de pistes cyclables séparé. C’est pour cela qu’en 2017, Bordeaux était la 3e ville cyclable de France. Aujourd’hui, elle ne l’est plus car d’autres villes ont pris le relais et ont développé le réseau "express vélo". C’est aussi quelque chose que je conseillerais de mettre en place à Liège : quelques pistes cyclables Nord, Sud, Est et Ouest pour que les citoyens puissent aussi utiliser ce réseau et pas seulement le réseau automobile pour se déplacer".

La Wallonie, trop vallonnée? "Une excuse, pas une raison"

Le relief de Liège n’est pas le même que celui des Pays-Bas, mais pour Stein Van Oosteren, cela ne justifie pas le frein de certains à se déplacer à vélo. Pour ce spécialiste, il s’agit d’une excuse et non d’une raison. "Le vent est un adversaire bien plus redoutable et cela concerne également les Pays-Bas. La côte se transforme en allié dans la descente, alors que le vent est là du début jusqu’à la fin".

La demande citoyenne n'est pas assez exprimée, sinon Liège serait cyclable dans l'année

Pour voir apparaître plus de pistes, la demande citoyenne devrait être plus forte auprès des autorités selon Stein Van Oosteren. "Je dois dire que la demande citoyenne n’est pas fortement exprimée, sinon Liège serait cyclable dans l’année. Les politiques ne sont pas par nature anti-vélos. Ils sont pro-électeurs. Cela veut dire que si tous les Liégeois et Liégeoises s’exprimaient aujourd’hui sur les réseaux et par lettre au bourgmestre Willy Demeyer pour demander une ville cyclable sécurisée, il le ferait, car il souhaite que les gens soient à l’aise".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous