RTBFPasser au contenu

Coronavirus

Variant Omicron du coronavirus : aux Pays-Bas, deux cas suspects provenant d'Afrique du Sud s'échappent de leur quarantaine

Image d'illustration
29 nov. 2021 à 19:582 min
Par Belga

Alors que le monde se barricade contre le variant Omicron, les Pays-Bas, pariant sur la responsabilité de chacun, n'ont pas interdit aux cas suspects arrivés d'Afrique du Sud de quitter l'hôtel d'Amsterdam où ils ont été placés en quarantaine. Deux d'entre eux ont même décidé de s'enfuir.

Vendredi, quelque 600 passagers venant de Johannesburg et du Cap ont atterri à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, quelques heures à peine après que l'Afrique du Sud eut communiqué sur l'émergence d'un nouveau variant du coronavirus.

Deux cas suspects fuient leur quarantaine

Tandis qu'un isolement était prononcé de fait contre l'Afrique australe, les Pays-Bas décidaient de tester dans l'urgence ces voyageurs. 61 d'entre eux ont été reconnus positifs au Covid-19, la plupart étant placés en quarantaine dans l'hôtel de Badhoevedorp. Au moins 14 passagers sont porteurs d'Omicron, ont précisé lundi les autorités sanitaires.

Parmi les personnes placées en quarantaine, un Espagnol de 30 ans et une Portugaise de 28 ans ont eux pris la poudre d'escampette, et ont été arrêtés après avoir embarqué dans un avion en partance pour l'Espagne.


►►► À lire aussi : Coronavirus aux Pays-Bas: le pourcentage de décès aussi élevé que lors de la 2e vague dans les homes


Le couple, dont un membre seulement est positif au coronavirus, sans qu'on sache s'il est infecté par le nouveau variant - l'autre ayant choisi de l'accompagner en quarantaine - se trouve désormais en isolement "dans un hôpital", indique Petra Faber, une porte-parole de la municipalité de Haarlemmermeer, dont fait partie Badhoevedorp.

Est-ce considéré comme un crime ?

"Le ministère de la Justice enquête pour savoir si ce qu'ils ont fait constitue un crime ou non."

Car malgré leur contagiosité présumée, ils n'étaient pas obligés de rester dans l'hôtel. Sur les 61 contaminés, une cinquantaine effectue bien sa quarantaine sur place, observe-t-elle. Les autres ont été autorisés à rentrer chez eux, à condition de ne pas prendre les transports publics et de ne mettre personne d'autre en danger.

Les quarantaines se font généralement sur une base volontaire

Aux Pays-Bas, où le libre-arbitre est une religion, toutes les mesures liées aux maladies infectieuses, "dont les quarantaines, se font généralement sur une base volontaire", note Harm Groustra, le porte-parole de GGD, l'une des autorités sanitaires néerlandaises. Ce que le couple hispano-portugais a tenté de faire est donc "fou", remarque Harm Groustra. "Ils ont mis en danger tous les gens autour d'eux et notre système de santé en général."

Sur le même sujet:

Sur le même sujet

29 nov. 2021 à 22:27
2 min
29 nov. 2021 à 09:24
1 min

Articles recommandés pour vous