RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les Classiques - Cyclisme

van der poel : "J’étais à la limite de lâcher au sommet du Paterberg mais j’ai puisé dans mes ressources"

van der Poel : "C'est une course comme je les aime, on a lancé de loin"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 avr. 2022 à 16:08Temps de lecture1 min
Par Jérôme Jordens

Mathieu van der Poel a remporté la 106e édition du Tour des Flandres après un époustouflant duel avec Tadej Pogacar. Un duel qui a failli mal tourner après le surplace réalisé par les deux hommes dans le dernier kilomètre et qui a permis le retour de Madouas et Van Baarle. Un retour que n'avait pas anticipé le Néerlandais comme il l'a expliqué au micro de Jérôme Helguers : "Ils sont revenus tellement vite de l’arrière, avant que je ne lance le sprint moi-même. Tadej est allé très vite dans les bosses, notamment le Paterberg. Je me suis quand même posé des questions dans les derniers kilomètres. J’étais dans la même situation pour la troisième année consécutive. Je m’occupais de Tadej et pas des autres derrières".

Ce Tour des Flandres a été très animé et les offensives se sont faites de loin : "C'est une course comme je les aime. On a lancé de loin. Le Koppenberg a été décisif et puis après je devais juste suivre Pogacar. Il était extrêmement fort aujourd'hui et je suis heureux de gagner au sprint".

Le Néerlandais a dû s'accrocher pour lever les bras pour la deuxième fois sur le Tour des Flandres : "J’étais à la limite de lâcher au sommet du Paterberg mais j’ai puisé dans mes ressources pour encore avoir la force nécessaire pour faire ce sprint. Je suis tellement content que ça ait marché". 

Mais van der Poel est beau joueur et reconnait que Pogacar aurait également mérité de lever les bras : "Bien sûr. C’était peut-être le plus fort sur la course aujourd’hui. Il a roulé très offensivement. S’il m’avait battu, il aurait mérité la victoire. Je pense qu’il faudra qu’il fasse encore quelques sprints".

La victoire est d'autant plus belle pour MVDP est d'autant plus belle qu'il revient de loin : "J’ai tellement travaillé pour celle-ci. Au départ je n’étais même pas sûr que je pourrais faire les classiques et je gagne le Tour des Flandres".

van der poel : "J’étais à la limite de lâcher au sommet du Paterberg mais j’ai puisé dans mes ressources"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Il y a 3 ans, la fusée van der Poel s'offrait un come-back incroyable pour triompher à l'Amstel Gold Race

Les Classiques - Cyclisme

Articles recommandés pour vous