RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

Valérie De Bue à propos de la grève : "Il n’y a pas d’économie faite sur le dos du service public"

31 mai 2022 à 06:55Temps de lecture3 min
Par Estelle De Houck sur base de l'Invité de Matin Première de Thomas Gadisseux

Les syndicats mènent différentes actions ce mardi pour défendre le service public. L’objectif de la grève : dénoncer les conditions de travail ainsi que les conditions salariales. Que répondent les autorités de tutelle ? Quelle est la marge de manœuvre politique face à ces revendications syndicales ?

En Wallonie, la fonction publique représente 20.000 travailleurs : 10.000 personnes travaillent au Service public de Wallonie et 10.000 pour des Organismes d’intérêt public (OIP). La région fonctionnera donc au ralenti ce mardi.

Trois provinces ne seront pas desservies en train, par exemple, ce que regrette la ministre wallonne de la Fonction publique Valérie De Bue. "On peut déplorer que certains services ne soient pas en mesure d’être mis en œuvre pour la population. Certains travailleurs ont besoin des transports en commun pour se rendre à leur travail, de même que les étudiants. Le pouvoir d’achat concerne l’ensemble de la société."

Les suites d’un désinvestissement ?

Cette grève est-elle la conséquence de différentes économies faites par le passé dans le service public ? "Il n’y a pas eu, dans les débats que nous venons de clôturer au niveau du conclave budgétaire, d’économie qui a été faite sur le dos de la fonction publique. Il n’y a pas d’économie faite sur le dos du service publique", affirme la ministre.

"Je rappelle que l’on garantit aussi l’emploi puisque la norme de remplacement dans le cadre de cet accord de gouvernement en Région wallonne est d’un départ pour une arrivée. Alors que lors du gouvernement précédent, c’était de l’ordre de cinq pour une arrivée."

Par ailleurs, selon Valérie De Bue, il n’y a pas eu de désinvestissement dans la fonction publique. "Il y a effectivement des plans d’investissement qui sont très ambitieux dans le cadre du plan de relance, que ça soit au niveau fédéral ou au niveau de la Région. On met tout en œuvre pour répondre aux besoins des citoyens."

En ayant des budgets maîtrisés, avec des dépenses maîtrisées, on garantit la fonction publique de demain

"En ayant des budgets maîtrisés, avec des dépenses maîtrisées, on garantit la fonction publique de demain. Et donc c’est une responsabilité que nous prenons aussi."

Quid du statut de fonctionnaire ?

Parmi les autres sujets tabous : la question du statut de fonctionnaire. En Région wallonne, comme au fédéral, il y a de plus en plus de contractuels dans la fonction publique, qui ne bénéficient donc pas des mêmes avantages que les fonctionnaires.

Alors, y a-t-il trop de fonctionnaires wallons ? Pas selon Valérie De Bue. "Je pense que le gros défi auquel on doit faire face en Wallonie et dans notre pays c’est augmenter le taux d’activité, le taux d’emploi et atteindre ces 80%. Il faut plus d’emplois privés en Wallonie et en Belgique également. Mais on ne peut pas dire qu’il y a trop de fonctionnaires", rétorque la ministre.

Vu les finances publiques, va-t-on pouvoir se permettre de nommer toujours autant de personnes dans la fonction publique wallonne ? "Au niveau de l’accord de gouvernement actuel, nous sommes sur un principe de statut. Mais je ne veux pas opposer les statutaires et les contractuels. Et dans l’accord de gouvernement, il y a des mesures qui sont prises pour le statut mais aussi pour favoriser l’évolution des contractuels dans la fonction publique."

La question des déplacements

Face à la crise énergétique, les syndicats demandent aussi des mesures à court terme. Notamment sur la question des déplacements. Alors, la fonction publique envisage-t-elle de faire un geste vis-à-vis des travailleurs ?

"Pour le moment, le pouvoir d’achat est essentiellement sur la table du gouvernement fédéral. Et donc là, c’est l’augmentation de l’emploi et du travail qui va garantir aussi le pouvoir d’achat. Nous, on a toujours été au niveau de la formation, favorables à une fiscalité en baisse pour favoriser ce pouvoir d’achat", répond-elle.

"Pour les travailleurs, j’attire l’attention que l’ensemble des salaires et aussi ceux de la fonction publique sont indexés. On garantit quand même une certaine évolution des salaires."

"Au niveau des déplacements, nous nous alignons au niveau des normes fédérales qui sont indexées. Et j’insiste aussi qu’on doit être prudent par rapport à l’intervention dans les déplacements parce qu’il y a un risque de considérer cette intervention comme un avantage en nature, ce qui n’est pas dans l’intérêt des travailleurs."

Sur le même sujet

Face à la grève des transports en commun, les étudiants dans la débrouille pour passer leurs examens de fin d’année

Belgique

Quelles perturbations dues à la grève générale de la fonction publique ce mardi 31 mai ?

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous