RTBFPasser au contenu
Rechercher

"Odd Paper", c’est le nom que Nastasia Anzad a décidé de donner à ses jolis carnets de notes faits à partir de chutes de papier récupérés dans des imprimeries, redécoupés et montés à la main.

Sa petite entreprise, Nastasia l’a lancée en pleine crise du covid, en décembre 2020, après être tombée en amour avec l’univers de l’imprimerie, un peu par hasard : "J’ai étudié le journalisme à l’Ihecs. En sortant de mes études, mon grand-père m’a proposé d’écrire un livre sur l’histoire de ses parents durant la deuxième guerre mondiale. Comme le projet nous a pris beaucoup de temps, à peu près 5 ans, on a décidé de l’imprimer pour en faire un bel objet." C’est par ce biais que Nastasia Anzad découvre le monde de l’imprimerie nous confie-t-elle. "Et je ne l’ai plus quitté depuis !" nous explique la créatrice avec le sourire aux lèvres. "Chaque fois qu’ils imprimaient des pages de mon livre, j’étais là, quelque part à observer. C’est comme ça que j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de restes de papier, qui étaient mis de côté dans des boîtes dont ils ne faisaient rien. Je leur ai alors proposé d’en faire des carnets ! Ils m’ont donné les clefs de l’imprimerie et m’ont laissé expérimenter."

A l’origine, le papier que Nastasia utilise pour composer ses carnets était destiné à être retransformé : "Si je ne récupère pas ce papier, une entreprise de recyclage s’en charge. Il est alors broyé et retransformé, un procédé qui utilise beaucoup d’eau et d’énergie pour transformer du papier… En papier ! Je trouvais que ça n’avait aucun sens, sachant qu’on pouvait simplement lui donner une nouvelle forme !" Nastasia Anzad récolte le papier, l’assemble et le recoupe à l’aide d’une machine pour en faire des carnets. Tout ce travail est patiemment fait à la main.

Depuis le lancement de Odd Paper j’ai vendu environ 2500 carnets. Cela représente 400 kilos de papier sauvés, 4800 litres d’eau et 2000 kilowatts d’énergie économisés.*

*Ces données représentent le coût énergétique qui aurait été utilisé pour retransformer le papier dont Nastasia s’est servi pour créer ses carnets.

Nastasia Anzad avec du papier qu’elle est allée chercher dans une entreprise.
Nastasia Anzad avec du papier qu’elle est allée chercher dans une entreprise. Facebook Odd Paper

Des carnets écolos, locaux et livrés à vélo ! Un bel exemple d’upcycling

© Tous droits réservés

Les carnets de Nastasia sont un bel exemple d'"upcycling", qu’on appelle aussi "surcyclage". Il s’agit d’une pratique qui a pour but de renouveler des objets en leur donnant une nouvelle vie.

En savoir plus sur l’upcycling ici.

Il aura fallu près de deux ans de travail et de nombreux tests pour que Nastasia mette au point ses petits carnets de notes : "Mes premiers carnets étaient vraiment très beaux, assez complexes et colorés ce qui fait que je devais les vendre assez cher et au final, les gens n’osaient pas vraiment écrire dedans, ils les considéraient comme un trop bel objet. J’ai repensé le projet et j’ai voulu créer des carnets plus simples, dans lesquels on n’a pas peur de gribouiller."

Le papier que Nastasia récupère provient pour la grande majorité de deux imprimeries locales, l’une est située à Bruxelles, l’autre à Gand. "Trouver du papier à transformer n’est plus un problème" nous confie Nastasia. Il n’est d’ailleurs pas rare que de grosses entreprises fassent appel à ses services pour retransformer du papier dont elles n’ont plus l’utilité : "C’est le cas notamment d’entreprises qui ont changé leur image de marque et qui se retrouvent avec des enveloppes et des carnets estampillés de leur ancien logo. Parfois, ce sont simplement des carnets qui ont été imprimés pour un événement ponctuel. Une fois celui-ci passé, les informations écrites dessus n’ont plus d’intérêt. Dans ces cas-là, je récupère le papier, je recoupe ce qu’il faut supprimer et j’en fais de nouveaux carnets que l’entreprise peut distribuer à son personnel ou donner à ses clients."

A chaque commande que vous passez, il vous sera indiqué les économies d’énergie et d’eau que vous avez permis de réaliser en achetant Odd Paper plutôt qu’une autre marque. L’origine du papier qui compose votre carnet est également détaillée. Enfin, ce sont des livreurs à vélo (Urbike) qui viendront déposer votre colis dans votre boîte aux lettres (pour les Bruxellois), dans un souci d’écologie.

Si Nastasia aimerait vivre de son travail autour du papier, ce n’est malheureusement pas encore le cas. La créatrice est également motion designeuse. "Je suis une passionnée du papier et j’ai encore plein d’idées !" Récemment, Nastasia Anzad a agrandi sa gamme en lançant un album photos ; elle aimerait aussi faire des agendas et proposer sa propre gamme de papeterie. Affaire à suivre !

Pour soutenir ce projet et commander vos carnets, rendez-vous sur le site officiel de Odd Paper, sa page Facebook ou son compte Instagram !

Loading...

Sur le même sujet

Bicloo transforme vos vieilles chambres à air en sacoches et accessoires pour vélos !

Vivre Ici

Quand vieux parapluies et tentes abîmées deviennent de jolis vêtements de pluie

Vivre Ici

Articles recommandés pour vous