RTBFPasser au contenu

Exposition - Artistes

Une vente en ligne exclusivement féminine en mai chez Sotheby's

Une vente en ligne exclusivement féminine en mai chez Sotheby's
28 avr. 2021 à 09:243 min
Par AFP avec RTBF Culture

Lentement mais sûrement, le marché de l’art accorde plus d’importance aux œuvres réalisées par des femmes. La preuve : Sotheby’s organisera en mai une vente en ligne dédiée exclusivement aux femmes artistes. Une façon de leur redonner la place qu’elles méritent dans l’histoire de l’art.

Linda Nochlin avait amorcé une révolution dans le monde de l’art lorsqu’elle a publié en 1971 son essai fondateur, "Why Have There Been No Great Women Artists ?" (Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ?). Un demi-siècle plus tard, la question semble malheureusement toujours d’actualité. Et pour cause : les œuvres créées par des femmes représentent moins de 4% des ventes aux enchères mondiales, selon une étude récemment publiée dans la revue "Journal of Cultural Economics".

Sotheby’s espère remédier à cet écart avec "(Women) Artists", une vente en ligne dédiée aux artistes femmes qui se tiendra du 20 au 27 mai. Elle mettra à l’honneur "les histoires personnelles" de créatrices ayant vécu ces quatre derniers siècles, ainsi que leurs "contributions à l’histoire de l’art".

Beaucoup des artistes que nous présentons ici étaient connues et respectées de leur vivant, mais l’histoire ne les a pas traitées avec bienveillance. On se souvient d’elles comme des épouses de peintres, comme celles qui ont permis à leurs maris, pères et frères de peindre ou comme leurs muses, mais rarement comme elles le méritaient : des artistes à part entière !

Souligne Lisa Stevenson, spécialiste de l’art impressionniste et moderne chez Sotheby’s.

Trop souvent dans l’ombre de leurs époux

C’est notamment le cas de la Surréaliste américaine Dorothea Tanning, dont les créations ont longtemps été éclipsées par celles de son mari, Max Ernst. Pour preuve : son record de vente s’élève actuellement à 1,2 million de dollars tandis que celui de son conjoint avoisine les 16 millions de dollars. Des inégalités contre lesquelles Dorothea Tanning s’est insurgée tout au long de sa vie, déclarant même une fois :

Je ne l’ai jamais entendu [Ernst] utiliser le mot 'épouse' à mon égard. Il était vraiment désolé de cette histoire d’épouse.

Sa toile "The Witch" sera proposée aux enchères durant "(Women) Artists", où elle pourrait atteindre jusqu’à 320.000 livres (environ 445.000 dollars) selon les estimations de Sotheby’s.

Toutes les artistes mises à l’honneur par la maison de vente n’ont pas forcément été reléguées au second plan de leur vivant. La peintre néerlandaise du 17e siècle, Rachel Ruysch, a ainsi joui d’une renommée bien plus importante que celle de son mari, Juriaen Pool. Il a d’ailleurs rapidement mis fin à sa carrière face au talent de son épouse, qui, elle, a continué à peindre jusqu’à l’âge de 80 ans. Et ce, bien qu’elle ait mis au monde dix enfants. L’une de ses compositions, intitulée "Forest floor still life with a pool", passera sous le marteau en mai chez Sotheby’s, où elle pourrait être adjugée entre 150.000 et 200.000 livres (environ 208.400 dollars et 278.000 dollars).

Un engouement pour les femmes artistes… Mais à quel prix ?

Ces dernières années, de nombreuses initiatives ont vu le jour pour accorder plus d’importance et de crédit aux contributions des femmes dans l’histoire de l’art. Un travail de longue haleine qui commencerait à porter ses fruits : les prix réalisés aux enchères par les œuvres d’artistes femmes ont augmenté de 32% au cours des cinq dernières années, selon The Art Newspaper. Mais ces créatrices continuent de bénéficier d’une cote inférieure à celle de leurs homologues masculins. Elles ne sont qu’une poignée à figurer dans le classement d’Artnet des artistes ayant eu le plus de succès aux enchères en 2020.

Des disparités importantes dont Sotheby’s est conscient. "La classification controversée 'femmes artistes', mais jamais 'hommes artistes', est au cœur d’un débat qui a été contesté pendant des décennies, et qui continue pourtant à être un piège dans lequel on tombe si souvent. Les artistes femmes ne devraient pas être cataloguées ni faire l’objet d’une ségrégation, et c’est précisément la raison pour laquelle nous organisons une vente qui semble faire exactement cela – afin de renverser les rôles et d’ouvrir ce débat. Oui, ces artistes sont des femmes, mais plus important encore, ce sont des artistes", souligne Marina Ruiz Colomer, spécialiste de l’art contemporain chez Sotheby’s.

Articles recommandés pour vous