Régions Brabant wallon

Une station d’épuration unique en son genre en Brabant wallon : des roseaux filtrent les eaux usées d’un quartier d’Ottignies

D’autres stations du même genre verront le jour à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, Jandrenouille, Noduwez et Autre-Eglise notamment.

© Hugues Van Peel – RTBF

Une nouvelle station d’épuration a été inaugurée ce lundi à Ottignies, le long du Ry de Pinchart, juste à côté du site de la cressonnière. Elle traite les eaux usées d’une soixantaine de maisons situées à proximité, via un procédé original : les filtres plantés de roseaux.

La station se compose donc d’un triple parterre de roseaux, sous lesquels se trouvent plusieurs couches de graviers de différentes tailles. Les eaux usées arrivent dans une station de pompage. Et une fois qu’un certain volume est atteint, elles sont envoyées dans l’une des sections du parterre.

Da gauche à droite : Christophe Dister (président d’inBW), Julie Chantry (bourgmestre d’Ottignies-LLN) et Alain Gillis (vice-président de la SPGE)
Da gauche à droite : Christophe Dister (président d’inBW), Julie Chantry (bourgmestre d’Ottignies-LLN) et Alain Gillis (vice-président de la SPGE) Hugues Van Peel – RTBF

S’ensuit alors une phase de percolation : les eaux s’infiltrent lentement à travers les racines des roseaux et les graviers, abandonnant progressivement les éléments polluants qu’elles contiennent, par l’action de micro-organismes et de vers de terre. Un drain posé sous les filtres récupère les eaux épurées et les achemine jusqu’à la rivière. En surface, les roseaux participent donc au bon fonctionnement de ce processus biologique. Les boues se minéralisent et ne doivent pas être retirées. En principe, on ne procédera au curage des parterres que tous les dix ou quinze ans.

"L’avantage de ce procédé, c’est sa bonne intégration paysagère, explique Michel Torck, gestionnaire du chantier pour l’intercommunale inBW. Il y a très peu d’ouvrages en béton, très peu de génie civil. Tout est pratiquement enterré, donc on ne voit presque rien. Et au plus la végétation va pousser, au plus la station va se fondre dans la nature."

Une station économe en énergie

Autre intérêt de cette installation, elle ne consomme pas d’énergie, hormis pour la station de pompage.

"On consomme de cinq à dix fois moins d’énergie qu’une station d’épuration classique, à boues activées, poursuit Michel Torck. Mais il faut une grande surface de terrain, entre un et deux mètres carrés par équivalent-habitant. Ici, on a une capacité de 230 équivalents-habitants."

La station est située au bord du Ry de Pinchart, au fond d’une vallée verdoyante.
La station est située au bord du Ry de Pinchart, au fond d’une vallée verdoyante. Hugues Van Peel – RTBF

98% des eaux usées de la province sont traitées

Cette nouvelle station d’épuration est la première du genre en Brabant wallon. Mise en service en avril, elle donne déjà des résultats encourageants. Les premiers échantillonnages indiquent que les normes européennes de rejets dans le cours d’eau sont respectées. Auparavant, toutes ces eaux usées arrivaient directement dans le Ry de Pinchart.

"Avec cette station, on termine vraiment l’épuration des eaux à Ottignies-Louvain-la-Neuve", se réjouit Laurent Dauge, directeur général d’inBW. Il reste seulement à rénover la station de Céroux-Mousty, sans doute d’ici un an ou deux.

"En Brabant wallon aujourd’hui, 98% des eaux usées sont traitées, ajoute Christophe Dister, président de l’intercommunale. Notre plan stratégique précise qu’on veut atteindre 100%. Et donc c’est ce type de dispositif qui nous permettra de le faire dans les zones rurales."

Le coût du projet s’élève à 832.000 euros, pris en charge par la Société publique de Gestion de l’Eau (SPGE). De son côté, la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve a mis le terrain à disposition et procédé aux travaux d’égouttage permettant d’acheminer les eaux jusqu’à la station.

Sur le même sujet

Anvers, Alost, Saint-Trond... : cinq projets retenus par la Flandre pour épurer 33 milliards de litres d'eaux usées par an

Regions

Espacer la collecte des déchets pour limiter la hausse des coûts et améliorer le tri, trois communes brabançonnes vont y passer

Régions Brabant wallon

Articles recommandés pour vous