Jardins & Loisirs

Une serre au jardin peut être source de déceptions : six raisons importantes

L’intérêt majeur d’une serre au jardin est de pouvoir cultiver plus tôt et plus tard dans l’année.

© Getty Images

21 janv. 2023 à 06:00 - mise à jour 21 janv. 2023 à 08:23Temps de lecture3 min
Par Luc Noël

Accueillir une serre au jardin est un rêve pour beaucoup de jardiniers. Des tomates goûteuses, des semis précoces, du raisin de table, des poivrons et aubergines sont autant de promesses que le toit de verre pourrait concrétiser. Mais après quelques années d’utilisation, les désillusions peuvent être nombreuses, comme de mauvaises récoltes ou des maladies. Explications.

Raison n° 1 – La température est insupportable

Idéalement, le thermomètre à placer dans la serre doit être de type « minima-maxima » pour conserver chaque jour l’indication des températures extrêmes.
Idéalement, le thermomètre à placer dans la serre doit être de type « minima-maxima » pour conserver chaque jour l’indication des températures extrêmes. © Getty Images

Plus le volume est réduit, plus rapidement s’y élève la température. Au point de transformer la serre en un véritable four, surtout durant les périodes de canicule que le réchauffement climatique nous impose désormais. Pour offrir les prix les plus compétitifs par rapport à la concurrence, des fabricants sous-équipent leurs serres en tabatières d’aération. Souvent, une seule petite ouverture est disponible. Pour évacuer efficacement la chaleur excédentaire, il faut commander en option le nombre maximal de tabatières. L’idéal est d’ajouter une seconde porte pour créer un courant d’air.

S’ils sont disponibles, des vasistas à lamelles au pied des parois permettent de créer un effet de cheminée évacuant efficacement la chaleur excessive.
S’ils sont disponibles, des vasistas à lamelles au pied des parois permettent de créer un effet de cheminée évacuant efficacement la chaleur excessive. © Getty Images

Comment sont construites les serres en aluminium ? Jardins & loisirs a visité une usine en Belgique

Visite d'un fabricant de serres

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Raison n° 2 – L’ombrage est peu efficace

Disponible en option, un rideau blanc peut être tendu à l’intérieur de la serre pour créer un ombrage. S’il épargne aux plantes les rayons ardents du soleil, il est peu efficace pour réduire la température. C’est logique : l’effet de serre reste optimal puisque le rayonnement traverse toujours le verre avec la même intensité. Pour être efficace, l’ombrage doit être placé à l’extérieur. On peut tendre un drap blanc sur le toit de la serre ou peindre les vitres avec un enduit blanc du commerce ou du lait de chaux. La température sous le plein soleil est alors réduite de manière appréciable.

Pour obtenir un lait de chaux pour l’ombrage de la serre, il suffit de diluer de la chaux éteinte (disponible en sac parmi les matériaux de construction au centre de bricolage) dans de l’eau.
Pour obtenir un lait de chaux pour l’ombrage de la serre, il suffit de diluer de la chaux éteinte (disponible en sac parmi les matériaux de construction au centre de bricolage) dans de l’eau. © RTBF

Raison n° 3 – Les plantes se développent mal

Comme beaucoup de serres sont uniquement utilisées pour la culture des tomates, elles sont abandonnées après les dernières récoltes jusqu’au printemps suivant. Le sol sèche en profondeur et perd sa vie biologique. Les bactéries, les champignons, les vers de terre et autres organismes assurant la décomposition de la matière organique disparaissent. En quelques années seulement, le sol de la serre peut être mort au point de ne plus permettre aux plantes de pousser normalement. Il faut absolument gérer la terre de la serre comme celle du potager. Outre des arrosages réguliers sur toute la surface cultivée pour que le sol reste continuellement humide, un apport annuel de compost maintient le taux d’humus nourricier.

Le cul noir de la tomate est dû à une carence en calcium. Cet accident physiologique survient souvent dans les sols morts qui sèchent rapidement, provoquant une irrégularité de la présence de l’eau auprès des racines pour dissoudre le calcium.
Le cul noir de la tomate est dû à une carence en calcium. Cet accident physiologique survient souvent dans les sols morts qui sèchent rapidement, provoquant une irrégularité de la présence de l’eau auprès des racines pour dissoudre le calcium. © Getty Images

Raison n° 4 – Les tomates n’offrent pas de bonnes récoltes

Il est fautif de penser que plus il fait chaud dans la serre, mieux les pieds de tomates se développent. La plage de températures optimales pour leur culture est comprise entre 18 °C et 27 °C. S’il fait trop chaud, les plantes se mettent au repos pour limiter leur transpiration. Pourquoi des bouquets des fleurs ne forment-ils aucun fruit ? Au-delà de 35 °C, le pollen est détérioré.

Comme le problème survient durant les périodes de canicule malgré la bonne aération de la serre, de plus en plus de jardiniers plantent leurs tomates à l’extérieur, sous un auvent qui les protège des pluies provoquant le mildiou.

La fécondation des fleurs de tomate est autogame. C’est le pollen de la fleur qui féconde les ovules de la même fleur. Si le pollen est détérioré par un excès de chaleur, la fleur ne formera pas de fruit.
La fécondation des fleurs de tomate est autogame. C’est le pollen de la fleur qui féconde les ovules de la même fleur. Si le pollen est détérioré par un excès de chaleur, la fleur ne formera pas de fruit. © RTBF

Raison n° 5 – Des maladies se développent

Dans une serre mal ventilée, l’humidité de la condensation hivernale reste présente à l’intérieur des grappes de raisin. Le botrytis peut faire des ravages.

Dès le mois d’août, les températures nocturnes peuvent être basses. Tout ce qui est présent dans la serre se refroidit. Lorsque le soleil se lève, l’effet de serre induit une montée rapide de la température qui provoque une forte condensation mouillant les plantes. Si la ventilation est insuffisante pour évacuer rapidement cette humidité, celle-ci favorise avec la chaleur le développement d’attaques cryptogamiques, comme le mildiou ou le botrytis.

Raison n° 6 – Les plantes d’orangerie gèlent

En hiver, il gèle dans la serre aussi intensivement qu’à l’extérieur. On ne peut y hiverner les plantes d’orangerie gélives qu’avec l’apport d’une isolation translucide sur les parois et d’un chauffage. Les conditions de vie ne sont pas idéales, avec la forte variation de températures dès que le soleil est présent. Le mieux est d’hiverner les plantes d’orangerie dans un local lumineux, à l’abri du gel et à la température optimale de 10 °C.

Un autre lieu ne convenant pas pour l’hivernage des plantes d’orangerie garnissant la terrasse durant l’été est l’intérieur de la maison. Il y fait trop chaud et trop sec. Les plantes perdent rapidement leurs feuilles.
Un autre lieu ne convenant pas pour l’hivernage des plantes d’orangerie garnissant la terrasse durant l’été est l’intérieur de la maison. Il y fait trop chaud et trop sec. Les plantes perdent rapidement leurs feuilles. © Getty Images

Jardins & Loisirs vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h40 sur la Une, en replay sur AUVIO et sur Facebook.

Inscrivez-vous à la newsletter Jardins & Loisirs

Recevez chaque mois un condensé de l'actualité des travaux au jardin. Au menu: conseils pratiques, agenda des sorties, bricolages sympas.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous