RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Une série crée de la violence à la récré : selon Christopher, "Il faut bien mettre les points sur les « i » et discuter"

07 oct. 2021 à 10:212 min
Par C'est vous qui le dites

Un jeu violent inspiré d’une série Netflix a débarqué à la récré. L’élève qui perd à " 1,2,3 soleil " est fouetté au visage avec une corde, voilà le nouveau jeu dont a été victime une élève d’une école primaire d’Erquelinnes. En entendant les pleurs de la jeune fille, l’équipe éducative cherche à comprendre ce qui s’est passé, l’explication tombe rapidement, le jeu est lié à la série Squid Games. Dans cette série ultra-violente et interdite aux moins de 16 ans, les candidats d’un jeu sont tués s’ils perdent. Les élèves expliquent avoir vu des extraits de la série. Les parents alertés confient ne même pas savoir que leurs enfants ont pu avoir accès à ces images.

Vous savez exactement ce que vos enfants regardent ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Getty Images

"C’est aux parents de surveiller la consommation sur les écrans"

Christopher, un auditeur originaire de Leuze-en-Hainaut, est intervenu à ce sujet sur notre antenne :" J’ai une belle fille et on contrôle ce qu’elle regarde. Quand elle va sur son GSM, elle est à côté de nous, on voit ce qu’elle fait. Elle ne va pas avec son téléphone dans sa chambre. Je ne comprends pas que l’on dise que ce n’est pas possible de tout contrôler sur les écrans. À l’heure actuelle, il y a des applications qui permettent de bloquer, après une certaine durée, Tiktok ou Facebook, par exemple. La question est aussi de savoir pourquoi les enfants se rendent à l’école avec un téléphone portable… C’est aux parents de surveiller la consommation sur les écrans. J’ai vu des parents donner leur téléphone à leur enfant de 3-4 ans pour qu’ils aient la paix. Il y a un gros problème d’éducation. On a regardé la série et sans entrer dans les détails des jeux, nous en avons spontanément discuté avec notre fille. Après, c’est vrai que, dans les cours d’écoles, ils parlent aussi de " Squid Game ". Elle est déjà revenue de l’école, avec des petites cartes de jeu, comme dans la série, qu’ils avaient fabriquées avec ses copains. On lui a demandé si tout se passait bien et on lui a expliqué que si elle se faisait taper, il fallait prévenir à l’école et qu’on ne pouvait pas non plus taper ses camarades. Mais elle nous a bien rassurés, en disant qu’ils jouaient simplement à " 1, 2, 3, soleil ". Il faut bien mettre les points sur les " i " et discuter. Donc je pense que ce qu’il y a eu lieu à l’école d’Erquelinnes, ne se produit pas dans toutes les écoles. "

Getty Images

"On leur parle surtout des différences entre la réalité et la fiction"

Depuis Estinnes-au-Mont, Miguel nous expose son point de vue : " Pour ma part, je sais ce que mes enfants regardent, même si il arrive de pas toujours avoir un œil attentif. L’éducation aux médias est une chose importante à la maison. On leur parle surtout des différences entre la réalité et la fiction. Les enfants sont quotidiennement exposés à des dessins animés ou des jeux vidéo. Alors, il faut être vigilent derrière, afin de leur expliquer et réexpliquer les différences entre le réel et la fiction. Je crois qu’on a une responsabilité en tant que parent mais il ne faut pas non plus nous stigmatiser. Il y a plusieurs facteurs et influences qui interviennent dans l’éducation des enfants. Il pourrait y avoir une volonté politique de promouvoir une éducation qui soit orientée vers la non-violence par exemple. Les valeurs de la société sont aussi importantes. Je pense qu’il s’agit d’un travail commun. Il faut responsabiliser les parents, l’école, les médias, les plateformes de diffusion et les politiques concernant les problèmes de violences et travailler ensemble. "

Sur le même sujet

13 oct. 2021 à 09:52
1 min
12 oct. 2021 à 09:54
1 min

Articles recommandés pour vous