RTBFPasser au contenu

Le moment musical

"Une playlist pour Rembrandt", à la découverte de l'univers musical du peintre baroque hollandais

Autoportrait de Rembrandt réalisé en 1659
20 sept. 2019 à 11:012 min
Par L'équipe Musiq3

En cette "année Rembrandt" – 2019 marque les 350 ans de la disparition du peintre hollandais – le claveciniste hollandais Bob van Asperen propose une sélection d’œuvre que Rembrandt a très certainement entendu à son époque, soulignant la grande importance de la musique dans la vie et l’œuvre du peintre.

Quelles musiques Rembrandt aurait pu écouter à son époque ?

Bob van Asperen se pose cette question à travers cet album mais va également plus loin puisqu’il part du principe que Rembrandt était peut-être bien mélomane et peut-être bien instrumentiste lui-même. Pour construire la programmation de cet album, Bob van Asperen s’inscrit sur des recherches très minutieuses et il note, par exemple, qu’il y a plus de 80 occurrences dans l’œuvre picturale de Rembrandt. Et cette musique, elle apparaît par exemple à travers un petit archiluth pincé, une divinité qui joue du flûtiau, etc.

La musique comme actrice des peintures

A travers cet album, Bob van Asperen inventorie ces 80 occurrences musicales mais surtout, il montre ainsi que la musique n’est pas du tout de seconde importance dans ces toiles, mais qu’au contraire, qu’elle a un rôle d’acteur, elle est là non pas pour décorer à l’arrière-plan mais elle est au centre des toiles.

Bob van Asperen se rend même compte que dans certaines de ces toiles, on retrouve des autoportraits de Rembrandt lui-même jouant de la musique. Non seulement, Rembrandt joue de la musique dans ses propres œuvres mais il a aussi été peint par des amis jouant de la musique.

A travers ces portraits et autoportraits, on apprend donc que Rembrandt chante, il joue de la flûte et de la harpe.

Au-delà de cela, il est attesté que Rembrandt a fréquenté les musiciens de son époque mais aussi les mécènes, amateurs d’art et de musique, il a donc évolué dans ce monde musical, des compositeurs ont gravité autour de lui et il fréquentait également des cantors et des organistes.

Ce projet de la musique au temps de Rembrandt ne met donc pas seulement en évidence les œuvres que le peintre aurait pu écouter de son vivant mais met en valeur sa cosmogonie d’amis qui tournait autour de lui, ses amis musiciens qui étaient présents autour de lui.

Un clavecin unique pour l’enregistrement

"Une playlist pour Rembrandt", à la découverte de l'univers musical du peintre baroque hollandais

Le second acteur de ce disque, c’est l’instrument sur lequel Bob van Asperen enregistre cet album : un Petrus Joannes Couchet, datant de 1669 et qui est conservé au Rijkkmuseum d’Amsterdam. Ce "Stradivarius du clavecin" est le seul signé par le facteur qui ait été conservé. Il possède deux claviers et est magnifiquement ornementé.

Articles recommandés pour vous