RTBFPasser au contenu
Rechercher

Une photo de Salah Abdeslam en prison publiée ce mardi matin

Salah Abdeslam à Bruges: une photo dans la presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 avr. 2016 à 11:40 - mise à jour 12 avr. 2016 à 11:40Temps de lecture1 min
Par RTBF

Une photo, la première, de Salah Abdeslam en prison est parue dans Het Nieuwsblad ce mardi matin.

Son apparence a changé. Avec des cheveux longs et une barbe, il apparaît marqué par plusieurs mois de cavale et aujourd'hui par un régime strict d'incarcération.

Le terroriste présumé est détenu à Bruges, la seule prison à posséder un quartier de haute sécurité. Construit en 2008, celui-ci se trouve au sous-sol de la prison. Il faut passer une dizaine de portes blindées pour l'atteindre.

Un détenu calme

Cette section d'isolement compte 11 cellules, réservées aux détenus les plus dangereux du pays. Salah Abdeslam est placé dans la cellule 32. Il serait le voisin de Medhi Nemmouche, suspecté de la tuerie du musée juif de Bruxelles.

La cellule fait quatre mètres sur deux, ne comporte aucune fenêtre, juste un puits de lumière.

Salah Abdeslam y est étroitement surveillée. Toutes les 30 minutes, la cellule est visitée, la lumière allumée pour voir s'il est toujours là et vivant. 

Selon un proche, le détenu est résigné. Il sait que l'univers qui l'attend est carcéral, et se prépare à son procès en France.

Il regarde la télévision, avec un accès limité, et emprunte des livres à la bibliothèque.

Il est confiné ici 23h sur 24, ne peut sortir de sa cellule qu'une heure par jour, pour se doucher ou s'aérer dans une cour fermée.

Comment la photo a-t-elle fuité?

L'isolement de Salah Abdeslam est total, et pourtant une photo est apparue ce matin dans les médias. Une fuite qui pose problème.

L'administration pénitentiaire, qui se refuse à communiquer pour l'instant, a lancé une enquête interne pour déterminer qui a pris cette photo et comment.

En 2004, des photos exclusives de Marc Dutroux en prison avaient également été publiées par un hebdomadaire.

L'enquête avait alors démontré qu'elles avaient été vendues par un gardien. Celui-ci avait alors été écarté et condamné au pénal à six mois de prison avec sursis.

Mais l'homme, qui a toujours clamé son innocence, avait finalement été réhabilité administrativement par le conseil d’Etat.

 

Articles recommandés pour vous