RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pollution

Une ONG dénonce le "greenwashing" de navires au gaz naturel liquéfié, qui rejetteraient du méthane non-brûlé

13 avr. 2022 à 10:35Temps de lecture2 min
Par Belga

L'ONG Transport & Environnement (T&E) remet en cause le côté "vert" des navires propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL), prisés notamment par l'armateur français CMA CGM, car ils libèrent d'importantes quantités de méthane dans l'atmosphère, selon une enquête portant sur deux navires publiée mercredi.

"Plus nuisibles que ceux qu'ils remplacent"

"Ces navires peuvent se draper de vert, mais sous le voile, la vérité est que la plupart des navires au GNL en service aujourd'hui sont plus nuisibles pour le climat que ceux qu'ils remplacent", pointe Delphine Gozillon, chargée du transport maritime au sein de T&E, une fédération européenne rassemblant une cinquantaine d'ONG, basée à Bruxelles.

"CMA CGM présente le GNL comme un carburant durable, mais garde le silence quand il s'agit du méthane. C'est ce que l'on peut appeler du flagrant délit de 'greenwashing'" (écoblanchiment), accuse-t-elle dans un communiqué.

Des images infrarouges, prises en novembre dernier avec une caméra spéciale dans le port de Rotterdam, aux Pays-Bas, montrent que du méthane non brûlé est libéré par les trois cheminées du porte-conteneurs "Louvre" de CMA CGM livré fin 2020, selon T&E.

O&T

Du méthane non-brûlé libéré

L'ONG a également suivi le dragueur néerlandais Ecodelta. "Là encore, des émissions non brûlées ont été enregistrées, avec du méthane libéré par les deux cheminées d'échappement situées à l'avant du navire", écrit-elle.

Les navires au GNL sont présentés comme une alternative propre aux carburants traditionnels, mais le gaz est composé à 90% de méthane dont "l'impact sur le réchauffement climatique est plus de 80 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone sur une période de vingt ans", dénonce T&E.

"Nous sommes en pleine crise climatique. Nous ne pouvons pas nous permettre de rejeter davantage de méthane dans l'atmosphère", souligne Mme Gozillon, plaidant pour le développement de "solutions véritablement durables, basées sur l'hydrogène".

"Notre enquête n'est qu'un petit échantillon, mais elle doit servir d'avertissement aux responsables politiques", ajoute-t-elle.

"Le GNL est aujourd'hui le meilleur carburant disponible à échelle industrielle permettant d'agir pour la transition énergétique du transport maritime", a quant à lui réagi CMA CGM.

La technologie encore en "amélioration continue"

L'armateur français basé à Marseille "a déjà identifié le sujet des imbrûlés de méthane, en fait le mesure depuis près de deux ans, et travaille activement à leur réduction avec ses partenaires motoristes", a indiqué un porte-parole à l'AFP, notant que la technologie, "en pleine évolution" est "sur une trajectoire d'amélioration continue". Les émissions ont déjà diminué, selon lui.

Le passage au GNL était à l'origine principalement destiné à se débarrasser des émissions de souffre, plaie des navires utilisant du fioul lourd, a-t-on également remarqué.

Loading...

Sur le même sujet

Climat : une fuite de méthane offshore identifiée depuis l'espace

Climat

Se sevrer du gaz russe pèserait lourdement sur l'économie européenne, selon un responsable du FMI

Economie

Articles recommandés pour vous