RTBFPasser au contenu

On n'est pas des pigeons

Une hausse des prix annoncée dans les supermarchés

Covid et augmentation des prix

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le ticket de caisse sera plus cher en 2022. En cause, une augmentation des prix sur une majorité des produits du quotidien dans les supermarchés. 

Une hausse des prix de 3 à 5% est à prévoir sur les produits alimentaires.
Une hausse des prix de 3 à 5% est à prévoir sur les produits alimentaires. Getty Images/James Hardy

Actuellement, le pourcentage de cette hausse reste inconnu, voire flou, même si certains évoquent 3 à 5% du prix en plus. Une inflation déjà visible dans les rayons des magasins.

De nombreux produits sont impactés. C'est le cas du rayon boulangerie.
De nombreux produits sont impactés. C'est le cas du rayon boulangerie. Getty Images/Maskot

Constat unanime des clients

Courses au supermarché pendant la pandémie
Courses au supermarché pendant la pandémie Getty Images

Dans les rayons des supermarchés, les anciennes étiquettes ont fait place aux nouvelles avec des prix plus élevés. Nous nous sommes rendus sur un parking de grande surface. Le constat est unanime : les courses coûtent plus cher.

Nous allons encore devoir saquer dans les petits plaisirs et loisirs. Les enfants doivent manger et il faut payer les factures.

Regardant son caddie, une cliente nous explique qu'auparavant, elle aurait payé une cinquantaine d'euros. Aujourd'hui, elle a déboursé près de 80€. Pourtant, elle n'a acheté que des produits du quotidien. D'autres constatent une augmentation d'un tiers, voire de moitié, du prix. Chaque paiement est une surprise. Le consommateur trinque. Une mère de famille nombreuse, avec sept enfants à la maison, nous confie qu'elle devra se serrer la ceinture. "Nous allons encore devoir saquer dans les petits plaisirs et loisirs. Les enfants doivent manger et il faut payer les factures."

Le Covid-19, principale cause de l'augmentation

Poche d'un homme d'affaires vide, et molécules de Coronavirus
Poche d'un homme d'affaires vide, et molécules de Coronavirus Getty Images

De nombreux produits sont impactés. C'est le cas par exemple du pain, de la farine, du café et du cacao, ou encore des produits surgelés. Soit des biens de première nécessité. Les produits blancs risquent d'être les grands perdants de l'inflation. Les contours de cette augmentation restent flous, même si du côté du secteur de la grande distribution, on confirme l'information et on prévient les consommateurs. 

L'une des raisons principales reste l'épidémie de Covid-19. Le coût des transports pour les produits importés est plus élevé. Les prix des matières premières et des emballages sont en constante augmentation. 

Tout va dans le sens d'une augmentation de prix. Les fournisseurs doivent payer leurs factures énergétiques bien plus élevées qu'aux trimestres précédents. 

Tout comme la facture énergétique et les coûts salariaux, comme nous l'explique Ludovic Dobbelaere, économiste au Bureau fédéral du Plan"Tout va dans le sens d'une augmentation de prix. Les fournisseurs doivent payer leurs factures énergétiques bien plus élevées qu'aux trimestres précédents."

Depuis le début de la crise sanitaire, l'économie tourne au ralenti. Aujourd'hui, le secteur fait face à des problèmes de capacité. L'offre est inférieure à la demande. Une demande plus forte qu'attendue lors de la reprise. Ceci crée une pénurie et impacte les prix qui s'envolent. 

Autre facteur à prendre en compte, les fournisseurs sont actuellement en négociation avec les distributeurs. Les premiers tentent de répercuter les coûts supplémentaires auxquels ils font face. Les seconds n'ont plus de marges suffisantes pour limiter la casse. Le consommateur finit par payer le prix de ce bras de fer.

Une hausse qui pourrait perdurer jusqu'en 2023

Rising household consumption - 3D rendering
Rising household consumption - 3D rendering © Tous droits réservés

Il faudra attendre l'été pour une stagnation des prix dans les grandes surfaces. L'an passé, l'inflation des produits alimentaires était pourtant en légère diminution.

Courant de l'année 2023, je m'attends à quelques baisses de prix.

Pour notre économiste, il faudra attendre 2023 pour une baisse des prix. "Courant de l'année 2023, je m'attends à quelques baisses de prix. En premier lieu pour les produits énergétiques. L'alimentation devrait suivre la tendance."

Pour une partie de la population, l'indexation automatique des salaires devrait absorber partiellement l'augmentation des prix dans les commerces. Les ménages à bas revenus risquent cependant de souffrir le plus. Cette hausse est l'une des plus importantes de ces dix dernières années.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

11 avr. 2022 à 10:30
2 min
18 févr. 2022 à 14:24
3 min

Articles recommandés pour vous