RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Une grave pénurie de kots à craindre dans les prochaines années à Bruxelles

Une résidence pour étudiants située ici à Louvain-la-Neuve

Il y a déjà une grosse pénurie de kots aujourd’hui à Bruxelles. Selon l’association flamande Brik qui a compilé plusieurs études, il manque aujourd’hui 10.000 logements étudiants abordables dans la région. Et si rien n’est fait, la pénurie pourrait monter à 50.000 en 2030, puisque le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter et qu’ils viennent de plus en plus d'ailleurs que Bruxelles (Flandre, Wallonie, mais aussi de l’étranger).

Le Brik, un service de soutien aux jeunes, et d’autres organisations comme l’ULB demandent donc à la Région d’agir. Et vite.

Des studios loués 371 euros ou… plus de 600 !

Au service logement de l’ULB, on dispose d’un peu plus de 800 chambres. Elles sont aujourd’hui toutes louées. Et pour cause, les prix sont plutôt bas : 247 euros par mois pour un kot, 371 maximum pour un studio. Ces biens proposés directement par des hautes écoles ou universités (L’UCL en Woluwe dispose également d’un parc de plus de 1200 chambres louées dans les mêmes gammes de prix bas) tranchent avec les tarifs proposés souvent dans la privé. En moyenne, le prix d'un logement étudiant en Région bruxelloise s'élève à 490 euros par mois, soit le plus cher du pays.

Selon Valérie Dumoulin, de l’ULB, cela s’explique. Notamment parce qu’il y a actuellement beaucoup plus d’étudiants qui cherchent que de biens disponibles. "Le fait que l’offre soit vraiment beaucoup plus basse que la demande fait que les prix peuvent se permettre d’être élevés. C’est un principe économique de base. Et, ici, c’est problématique parce que cela signifie que les promoteurs privés n’ont pas non plus d’incitants à proposer des kots qui sont peut-être moins confortables, mais qui permettraient d’être loués à un prix plus bas".

En 2019, c’était environ 600 euros par mois. Mais pas tout compris. Il fallait aussi payer les charges. Toute seule, c’était juste impossible pour moi

Il y a trois ans, Chaima, une jeune étudiante, en a fait l’expérience. Elle a d’abord cherché un petit studio à louer sur le marché privé. "En 2019, c’était environ 600 euros par mois. Mais pas tout compris. Il fallait aussi payer les charges. Toute seule, c’était juste impossible pour moi".

Chaima ne peut pas compter sur l’aide de ses parents. Elle a un petit job d’étudiant et perçoit un revenu d’intégration du CPAS. Ce qui constituait un frein supplémentaire pour de nombreux propriétaires privés. Finalement, elle a pu trouver un petit bien de 25 m2 qu’elle loue un peu moins de 300 euros hors charges, en passant par l’Agence immobilière sociale étudiante (AISE). Ce service, lancé il y a six ans par la Région, propose des biens moins chers à des students aux faibles revenus. Les 390 logements proposés par l'AISE sont aujourd’hui également tous loués.

+ 50% d’étudiants d’ici 2030 ?

Alors, pour avoir davantage de biens abordables pour étudiants à Bruxelles, le Brik voudrait des mesures rapides. "Aux promoteurs, on demande que dans les nouveaux projets de logements étudiants qu’ils font sortir de terre, ils réservent un certain pourcentage de chambres à des kots standards plutôt qu’à des studios", explique Jurgen Ral, le directeur de Brik. "Pour eux, faire des studios est plus avantageux, parce qu’ils peuvent les louer plus chers".

Et pour agir, selon Brik, il faut que la Région s’en mêle. Notamment en changeant les règles urbanistiques qui font que, pour l’instant, construire des studios, c’est plus simple que construire des kots à Bruxelles. L’enjeu est d’ailleurs de taille. Si la tendance actuelle se confirme, dans moins de dix ans, on passera d’environ 110.000 étudiants aujourd’hui à Bruxelles à plus de 150.000. Avec aussi (et surtout) des jeunes extérieurs à la région et qui auront donc besoin d’un logement à Bruxelles à prix abordable.

Brik a envoyé un cahier de revendications au gouvernement régional. Une rencontre doit être programmée dans les semaines à venir. 

Sur le même thème : archive du JT du 17/02/2021

Bulle Kot : le quotidien des étudiants en coloc

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Combien coûte en moyenne un kot en Belgique ? [infographies]

Economie

Xior achète pour 939 millions d'euros de kots et s'implante dans de nouveaux pays

Economie

Articles recommandés pour vous