RTBFPasser au contenu

Bien-être - Santé

Une expérience de Daimler fait la lumière sur la sécurité des chauffeurs de poids lourds

Une expérience de Daimler fait la lumière sur la sécurité des chauffeurs de poids lourds
31 mars 2017 à 09:302 min
Par RTBF TENDANCE avec l'AFP

À cette époque de l'année, les principaux acteurs de l'industrie automobile se rendent vers le cercle arctique pour effectuer des tests sur leurs derniers modèles.

Mais cette année, aux côtés des sportives dérapant dans la neige et des familiales démarrant pour la première fois en conditions polaires, une équipe de huit chauffeurs d'essai Daimler, une flotte de camions et un groupe de chercheurs dirigé par Siegfried Rothe étaient également sur place afin de profiter des conditions de nuit permanente et de mieux comprendre les effets de la lumière du jour sur la conduite d'un poids lourd.

Les chauffeurs volontaires ont chacun conduit leurs véhicules pendant deux semaines, la première au volant d'un camion classique et la deuxième dans une cabine équipée d'un module Daylight+ qui la baignait de lumière "du jour" - dont la longueur d'onde est comprise entre 460 et 490 nanomètres - pendant les séances sur route et les pauses.

Les chauffeurs portaient des appareils de mesures physiologiques, notamment un électro-encéphalogramme (EEG), et pendant la semaine "lumineuse" ils étaient exposés à des doses permanentes de lumière lorsqu'ils conduisaient et pendant leurs micro-siestes en cabine, mais également à des douches de lumière intense avant et après la conduite.

Siegfried Rothe a mené pendant des années des expériences dans le laboratoire du sommeil de l'université de Ratisbonne (Allemagne), où il essayait de quantifier les effets de la lumière sur le corps humain. Sa décision de transporter ses tests sur la route était en partie motivée par la réalisation du fait que la cabine de poids lourd moyenne empêche la pénétration de la lumière du jour vers le chauffeur.

La quantité de données rassemblée va demander plusieurs mois à être analysée en profondeur. "Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que nous serons à même d'établir des recommandations et de déterminer si les résultats de ces tests doivent conduire à modifier la conception de l'éclairage des cabines", explique le chercheur.

Les premiers résultats suggèrent cependant que les chauffeurs se sentent "mieux" lorsqu'ils conduisent sous l'influence de la lumière ; que lorsque la cabine est plus éclairée, ils conduisent de façon plus économique ; et que la cabine elle-même a l'air plus spacieuse et plus confortable lorsque le module Daylight+ est activé.

"Lorsque nous avons conçu ces tests, nous n'avions même pas pris en compte la possibilité que l'espace puisse paraître plus grand", termine Siegfried Rothe.

Articles recommandés pour vous