Regions Liège

Une étrange convention de consultance, pour le nouveau directeur de la recherche de l'Uliège

Didier Mattivi, multientrepreneur, directeur de la recherche salarié et "consultant"

© © Tous droits réservés

C'est une intervention d'une déléguée du personnel qui a jeté le trouble, lors du dernier conseil d'administration de l'université. Elle a posé quelques questions sur la prise en charge des frais de voiture du nouveau directeur de la recherche, Didier Mattivi. C'est un ingénieur civil, c'est surtout un entrepreneur à succès, dans la téléphonie, les barriques de vin ou le gaming. Son recrutement a été annoncé à grand renfort de communiqué de presse, à l'automne dernier, comme un coup de pouce managérial: une façon de faciliter la valorisation et le transfert des savoir-faire et découvertes vers les milieux économiques. 

L'ULiège, qui l'a engagé au contrat, dispose déjà d'une filiale, une société privée dénommée GesVal, pour ce faire. L'intéressé en est donc devenu administrateur. Mais il bénéficie également, auprès de cette firme, d'une convention de consultance. Pour quelles prestations en plus de son travail à temps plein et avec quelles missions ? C'est, pour l'instant, plutôt flou. La crainte syndicale, c'est qu'il s'agisse d'un savant montage pour payer les mensualités de sa luxueuse berline de sport. Ce qui serait en contradiction avec les principes que l'institution a adoptés en matière de défrayement automobile, et qui pose donc un problème de gouvernance.

La Communauté Française dispose de deux observateurs, un commissaire du gouvernement et un délégué du ministre du budget. Selon nos informations, ils ont dit partager ces interrogations. Les éclaircissements ne semblent pas avoir été fourni en séance. La prochaine réunion, dans une douzaine de jours, devrait peut-êrtre apporter des réponses, dans un climat qui s'annonce tendu. 

Articles recommandés pour vous