Une entreprise de Marcinelle aurait été touchée par la cyberattaque au ransomware

Une entreprise touchée en Belgique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

13 mai 2017 à 10:46 - mise à jour 13 mai 2017 à 10:46Temps de lecture1 min
Par A.L. avec L. Arcangeli

D'ampleur mondiale, le ransomware "WannaDecrypt" a vraisemblablement touché une entreprise de la région de Charleroi, spécialisée dans la vente d'emballages commerciaux. Les données du serveur de l'entreprise ont été cryptées, et leur décryptage soumis à une rançon, en bitcoins. Une attaque très semblable à celles décrites de par le monde, mais qui n'a pas encore été vérifiée par le centre pour la Cyber sécurité.

"C’est un processus qui est rentré dans le système Windows, qui n’a pas infecté nos machine mac. Il y a un écran qui est apparu au démarrage du serveur, avec une demande de rançon dans les 72h. Après ces trois jours, la rançon augmente et des données sont perdues." explique Olivier Monard, un des responsables de Paper Shop.

Les données cryptées
Les données cryptées Luciano Arcangeli

A côté de l'impact économique, l'entreprise ne sachant pas si elle pourra livrer ses clients dans les prochains jours, cette cyberattaque est aussi d'une certaine violence psychologique. "Psychologiquement, c’est comme si on avait été attaqué à l’arme de poing. On a l’impression qu’on nous attaque, on est perdu. C’est au moment où l’on perd tout que l’on se rend compte de la dépendance que l’on a envers l’ordinateur, de l’informatique dans le commerce." explique Olivier Monard.

L'attaque à été signalée auprès de la cybersécurité, maintenant l'entreprise essaye de récupérer son serveur au plus vite. "Nous avons tout déconnecté, nous sommes en train de chercher une solution de réinstallation du serveur existant, ou par un nouveau serveur."

Trois "signaux rouge" en Belgique

La CCB a connaissance de trois "signaux rouges". "Mais il n'y a encore rien d'officiel à ce stade", explique M. De Bruycker. "Un signalement a été émis en provenance d'une entreprise de Marcinelle. Nos équipes vérifient actuellement de quoi il s'agit, mais rien n'a encore été confirmé. Les deux autres signaux ne sont que des rumeurs."

Le directeur du centre souligne que la prudence est de mise. "Lorsqu'un cas pareil est évoqué dans les médias, les gens associent directement les problèmes informatiques avec un virus. Mais dans ce cas, la situation est restée relativement calme malgré tout", indique-t-il.

Loading...

Articles recommandés pour vous