Une communication très tardive sur "des éléments complexes, qui bouleversent la vie" : la loi des séries ?

Une communication très tardive sur "des éléments complexes, qui bouleversent la vie" : est-ce la loi des séries ?
25 avr. 2020 à 10:11 - mise à jour 25 avr. 2020 à 10:35Temps de lecture2 min
Par A. F.

Dès le départ, tout le monde s’attendait à ce que ce conseil national de sécurité prenne du temps. Amorcer le déconfinement de tout un pays, ça ne se décide pas en deux coups de cuillère à pot, c’est bien normal et d’ailleurs on n’en attend pas moins de femmes et d’hommes politiques responsables.

Mais quand après 21 heures, soit bientôt 7 heures de réunion, il n’y a toujours pas de fumée blanche, on commence à se poser des questions. D’autant qu’il n’y a pas d’écho de tensions particulières à l’intérieur, les chauffeurs alignés dans la cour du palais d’Egmont font tourner les moteurs, bref les indices d’une fin de réunion imminente sont pourtant bien là. Mais rien.

Et puis vient cette explication, saugrenue, qui prête à sourire au départ, mais crée tout de même un certain trouble. "Sur les réseaux sociaux, nos homologues de la VRT disent que les ministres attendent en fait la fin des séries télévisées diffusées ce soir sur les chaînes flamandes VRT et VTM" explique le journaliste politique Thomas Gadisseux sur le plateau de la RTBF. Il est alors 21h10. "C’est le tout dernier épisode d’une série que les Flamands regardent avec beaucoup d’attention et que visiblement il ne fallait déprogrammer pour rien au monde. Je n’ose croire que c’est vrai, ça reste une interrogation." 

Le doute s’installe quand même un peu, d’autant que dès le début de la soirée, les deux chaînes flamandes avaient prévu leurs éditions spéciales sur ces mesures de déconfinement à 21h30.

Loading...

Des supports visuels dans toutes les langues

Du coté du conseil national de sécurité, pas question de donner du crédit à la thèse des séries télévisées.

En coulisses, l’explication de cette longue attente est bien différente, comme l’explique la journaliste politique Rachel Crivellaro, qui est à ce moment-là sur le terrain, devant les grilles du palais d’Egmont où se tient la réunion : "Ce n’est pas tant l’accord sur le début du déconfinement qui pose problème, celui-ci est a priori entériné depuis quelques heures. Mais c’est surtout la rédaction de cet accord qui prend du temps. La communication sur ce début de déconfinement est un enjeu pour le gouvernement et le CNS car les décisions sont importantes, ont un impact important sur la population. Il s’agit de pouvoir les expliquer de façon claire, pédagogique, cela prend du temps pour être intelligible, traduire cela dans toutes les langues. On ne laisse rien au hasard."

Les supports visuels présentés lors de la conférence de presse
Les supports visuels présentés lors de la conférence de presse RTBF

C’est sûr, qu’il y en avait beaucoup des choses à expliquer, avec des éléments assez complexes qui plus est. Et chaque téléspectateur peut confirmer qu’il y avait bien des supports visuels précis et dans plusieurs langues lors de cette conférence de presse. Pour ce qui est de leur intelligibilité, là, on laisse le soin à chacun de juger…

Une communication politique qui pose questions

Reste qu’avec tout cela, série télé ou pas, slides et traduction ou pas, cette conférence de presse pour annoncer les mesures de déconfinement a commencé à 22 heures. Quelles que soient les raisons de cette heure tardive, en termes d’efficacité, ce n’est pas l’idéal, comme a d’ailleurs réagi Thomas Gadisseux : "Communiquer à plus de 22 heures, sur autant d’éléments complexes, qui bouleversent la vie, en matière de communication politique, cela pose questios. Beaucoup de personnes ont probablement décroché, où n’ont pas plus accès a cette heure là à de l’info."