RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Une brasserie en exil suite aux inondations

L’Elfique est produite au Luxembourg suite aux inondations

Elle a pris l’eau, mais refuse de baisser les bras. La brasserie Elfique à Aywaille poursuit sa reconstruction, 6 mois après les inondations. En attendant, la production est réduite, mais maintenue grâce à la solidarité d’autres brasseurs.

L’aide de brasseurs liégeois et luxembourgeois

Les traces des inondations ont presque totalement disparu. La petite brasserie située le long de l’Amblève a pansé ses plaies, mais il y a encore du travail " on a reçu une nouvelle cuve hier. On avait renvoyé une endommagée au producteur français pour la faire réparer, mais elle était trop endommagée donc ils ont renvoyé une nouvelle " détaille Michael Becker, le brasseur. Son lieu de travail est un véritable chantier, les outils côtoient les cartons d’emballage " on répare beaucoup nous-même " dit-il en pointant des cuves du doigt " depuis le mois de juillet, on est dans la crasse, on nettoie, on répare. Vivement pouvoir rebrasser " ponctue-t-il.

Actuellement, rien ne sort de la brasserie aqualienne située à Martinrive. La production est délocalisée " des collègues brasseurs nous aident à confectionner notre propre produit " précise Hugo Heeren, l’administrateur délégué d’Elfique. " Nous produisons la Bobeline, bière spadoise. Ce sont les brasseries de Liège à la Grand-Poste qui nous aident à la faire. Pour l’Elfique, notre bière historique, c’est la brasserie luxembourgeoise Simon, basée à Wiltz, qui brasse sous le contrôle de notre brasseur ". La production est réduite de moitié comparée à avant les inondations, mais cela permet à la marque de rester active et présente sur un marché ultra-concurrentiel.

Fin du chantier espéré pour la mi-février
Fin du chantier espéré pour la mi-février RTBF

Pas question de baisser les bras

L'étiquette indique le changement dans la production

L’étiquette est modifiée, la mention brasserie en exil y témoigne la situation actuelle " c’est pour ne pas tromper le client, car l’eau du brassage n’est plus celle d’Aywaille et c’est aussi un moyen de remercier les brasseries qui nous aident " justifie Hugo Heeren. Le patron a aussi fait ajouter une petite phrase : Never Surrender " ça veut dire : ne pas baisser les bras. C’est clairement ce qu’on a fait suite aux inondations. L’équipe ici a travaillé d’arrache-pied, ils ont annulé leurs vacances et fait un travail formidable. En 15 jours seulement, on a rouvert le restaurant. Là, on se bat pour avoir des cuves parce que l’approvisionnement est difficile. Les matières premières sont en pénurie, mais on y arrive. On se bat et on ira jusqu’au bout " clame fièrement le patron.

La brasserie revient de loin, à la mi-juillet, l’eau a tout détruit " ça a fait table rase de nos installations, table rase de notre production. C’était incroyable " se remémore Michael. " On a vu passer une maison entière ici derrière " ajoute Hugo Heeren en pointant l’Amblève du doigt " tout le matériel du restaurant est parti, causant des dégâts. La production aussi a été emportée, on a retrouvé une bonne partie à Mery, mais on nous a dit que des casiers Elfiques étaient allés jusqu’à Maastricht ", soit une ballade de 70 km via l’Amblève, l’Ourthe et la Meuse.

Une fois l’Amblève calmée, il a fallu tout nettoyer " on a pu compter sur l’aide de voisins, de clients, d’inconnus, des entreprises de la région ont aussi fourni du matériel. Voir des gens, venir même juste un jour, ça réchauffe le cœur " confie le patron.

Aujourd’hui, la brasserie a retrouvé un aspect normal, mais la berge en face reste fortement marquée par les inondations. L’herbe a disparu, seuls la terre et des arbres abattus occupent l’espace " sur l’îlot, on a sorti des tonnes de déchets. On a rempli 22 containers, c’est incroyable ".

Si la brasserie fait face à des pénuries et parvient difficilement à fournir ses clients, elle espère repartir du bon pied dès le mois de février avec le retour de la production sur le site. Ces inondations laisseront des traces, d’autant que les négociations avec les assurances ne sont pas terminées. Mais la brasserie et la dizaine d’employés qui y travaille comptent bien tirer profit de cette rénovation pour améliorer le fonctionnement de la brasserie et la faire grandir encore un peu plus.

La brasserie est située le long de l’Amblève face à un petit îlot habituellement verdoyant
La brasserie est située le long de l’Amblève face à un petit îlot habituellement verdoyant RTBF

Articles recommandés pour vous