RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Une aide régionale de 3000 euros pour les bars et cafés bruxellois obligés de fermer

Les propriétaires  des bars et cafés bruxellois recevront une aide régionale de 3000 euros
09 oct. 2020 à 14:09Temps de lecture1 min
Par Philippe Carlot

Pour compenser le manque à gagner des cafés et des bars obligés de fermer leurs portes pendant un mois sur décision du gouvernement bruxellois, ledit gouvernement s'est entendu pour leur octroyer une aide spécifique de 3000 euros.

Plus précisément, seront éligibles à cette prime unique : les cafés, bars, débits de boisson, salons de thé, buvettes et tout autre lieu proposant la consommation sur place de boissons alcoolisées ou non alcoolisées et ayant été obligés de fermer à la suite de l’Arrêté du 8 octobre 2020.

Selon les estimations, entre 2500 et 3500 établissements pourront potentiellement bénéficier de cette aide. Les entreprises peuvent toucher la prime pour chacune de leurs unités d’établissements en Région de Bruxelles-Capitale. Toutefois, la condition est qu’il s’agisse d’un établissement actif, c’est-à-dire une unité d’établissement au sein de laquelle une activité est habituellement exercée.

Chaque entreprise a droit à un maximum de cinq primes, correspondant donc à un maximum de cinq unités d’établissements. Les entreprises qui ne respectent pas ou qui n’ont pas respecté l’obligation de fermeture, et qui sont donc sanctionnées, ne pourront pas prétendre à cette prime. La gestion de la prime est confiée à Bruxelles Economie Emploi. Les modalités pour introduire une demande de prime seront communiquées prochainement par la Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

Pour Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique, "cette obligation de fermeture plonge les exploitants de bars et de cafés bruxellois dans une situation de détresse totalement compréhensible. Cette prime de la Région bruxelloise est donc indispensable pour permettre aux établissements concernés de couvrir une partie de leurs frais fixes que sont le loyer, les assurances, les factures d’énergie… Nous nous devons d’être aux côtés d’un secteur qui subit la crise de plein fouet ".

 

 

 

Articles recommandés pour vous