RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Un train-prototype applique une recette de grand-mère en vue de se passer des herbicides

Le train-prototype
20 juin 2022 à 16:12Temps de lecture1 min
Par Martial Giot et Maxime Dumoulin

Un train-prototype est actuellement en test dans l’est du pays. Il est doté d’un dispositif permettant de désherber avec de l’eau chaude, dans l’optique de se passer des herbicides.

Le désherbage des voies est important pour garantir la sécurité du trafic ferroviaire et du personnel. Pour le réaliser les herbicides restent indispensables. Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, s’attelle toutefois à réduire leur utilisation et recherche des alternatives techniquement et économiquement réalistes. C’est dans ce cadre qu’est né ce train-prototype. Il a été présenté ce lundi à Visé.

Olivier Philippe est responsable de la zone de Liège chez Infrabel. Il est chargé du développement du "train eau chaude". Il explique : "Nos grands-mères versaient de l’eau chaude pour tuer les mauvaises herbes. On s’est dit pourquoi pas faire comme nos grands-mères et c’est parti comme ça, il y a quasi deux ans maintenant. Ça fonctionne mais maintenant on doit améliorer, parce que, ici, c’était vraiment avoir une preuve que ça fonctionnait, donc on l’a. Le concept est valable, donc maintenant on est en train de le tester sur trois lignes, de l’ajuster. C’est une mise au point qui va durer encore maintenant presque un an, avant de pouvoir un peu généraliser le système.".

Le dispositif nécessite de chauffer d’importantes quantités d’eau. "Pour chauffer un train comme ça, il faut 6 à 7 heures.", raconte Olivier Philippe, "Pour le moment, on le chauffe avec du mazout. Ce n’est pas écologique du tout. Mais on a d’autres solutions. Nous, on ne voulait pas investir dans d’autres solutions tant qu’on n’était pas sûrs que le système fonctionne. Comme ça fonctionne, on a en développement une pompe à chaleur, qui va chauffer jusque 70 ou 80 degrés, plus une résistance électrique qui va chauffer le reste à 95 degrés. Deuxième possibilité : tous nos centres logistiques sont chauffés à l’aide de grosses chaudières à pellets. Elles tournent l’hiver, mais l’été elles ne tournent pas et ce train-ci tourne l’été. Donc c’est un deuxième développement qui est en cours aussi."

Articles recommandés pour vous