Regions Bruxelles

Un proche du bourgmestre PS d'Anderlecht désigné à la tête du Foyer anderlechtois

Laurent Gabele, candidat PS aux élections communales de 2006, nouveau directeur du Foyer anderlechtois
25 avr. 2018 à 13:53Temps de lecture3 min
Par Philippe Carlot

Ce mardi, le conseil d'administration du Foyer anderlechtois a désigné le nouveau directeur général de cette importante société immobilière de service public (SISP), à la tête d'un patrimoine de quelque 3600 logements sociaux. Stupeur du conseiller communal Ecolo Jérémie Drouart à l'annonce du nom du lauréat : Laurent Gabele, ancien chef de cabinet du bourgmestre (PS) Eric Tomas, ex-conseiller communal socialiste et jusqu'il y a peu vice-président du Foyer anderlechtois. "On se pose vraiment des questions par rapport à la procédure de recrutement", explique l'élu Ecolo. "Opaque, peu transparente. Lors de la présentation au CA du Foyer anderlechtois, il n'y avait pas de documents écrits, le jury était composé majoritairement de politiques et cette situation nous pose vraiment question. Pas sur le fait qu'il y ait une intention mauvaise derrière mais sur le fait que nous sommes dans une situation aujourd'hui où le politique doit montrer l'exemple et se doit d'être transparent alors que cette procédure de recrutement manque totalement de transparence.

Une nomination politique?

Sans aller jusqu'à parler de nomination politique ou de favoritisme, Jérémie Drouart déplore que les administrateurs du Foyer n'aient même pas été en possession du projet du lauréat, ni des motivations du jury. Ce qui entraîne pour conséquence que Laurent Gabele entamera sa mission avec le soupçon de devoir son poste davantage à ses relations politiques qu'à ses compétences.

Membre du jury, le premier échevin (MR) Gaëtan Van Goidsenhoven dément toute espèce d'accord entre partenaires socialiste et libéral sur le nom du candidat. "Il n'y avait pas de meilleur candidat que lui. C'est sans doute désolant mais sa désignation n'est pas le fruit d'un accord politique. Vous ne trouverez pas, dans les prochaines semaines ou dans les prochains mois, de contrepartie au profit du MR", se défend le chef de file des libéraux anderlechtois.

Des observateurs se posent malgré tout des questions. Secrétaire général du Syndicat des Locataires de logements sociaux, José Garcia n'est pas dupe. "Je remarque que, malgré tous les concours que l'on organise, les directeurs des quatre plus grandes sociétés de logements sociaux qui viennent d'être recrutés (Foyer bruxellois, Foyer laekenois, Foyer anderlechtois et Comensia) ont une couleur politique compatible avec celle de la majorité communale".

Un bon candidat?

Moyennant la promesse de ne pas être cités, certains acteurs du dossier se lâchent : "c'est un peu le borgne au royaume des aveugles. Les autres candidats n'avaient aucune connaissance du secteur du logement social. C'est loin d'être le candidat idéal mais personne ne se détachait", raconte ce protagoniste de l'affaire.

"Il n'a pas la carrure", estime un bon connaisseur du secteur. "Avec un tel passé, Laurent Gabele risque de se faire bouffer. Il n'a pas la poigne pour gérer le personnel. Il n'a aucune expérience de la gestion, c'est un apparatchik."

Guy Wilmart (PS), président du Foyer anderlechtois et membre du jury de sélection, est évidemment d'un autre avis. Il admet que la procédure lors du CA était exclusivement orale. Mais il a donné lecture des motivations du jury et se dit disposé à communiquer le projet du nouveau directeur général si on lui en fait la demande. Quant au choix de Laurent Gabele, "il a recueilli l'unanimité du jury. Le lauréat a une longue expérience à la fois du logement social, du Foyer anderlechtois et de la commune. Ca fait longtemps que M. Gabele a quitté sa fonction auprès du bourgmestre et il ne détient plus aucun mandat rémunéré. Il est titulaire de plusieurs diplômes universitaires, dont un master en administration publique. Enfin, ses prétentions salariales sont nettement moins élevées que la rémunération de son prédécesseur."

Pour Guy Wilmart, les choses sont claires : il n'est pas question d'un quelconque piston politique dans ce dossier.

Articles recommandés pour vous