RTBFPasser au contenu

Le 8/9

Un premier rôle au cinéma pour Alice on the Roof : "J'ai aimé me mettre dans l'univers de quelqu'un d'autre"

Alice on the Roof, pour "La dernière tentation des Belges"

Le 8/9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Alice On The Roof était l'invitée du 8/9, pour aborder son tout premier rôle au cinéma dans le film La dernière tentation des Belges.

Jan est un jeune artiste provocateur. Alors que Marie, sa fille unique, lui reproche d’avoir été durant son enfance un père absent, ils se retrouvent tous les deux au bord du précipice. Aujourd’hui, le père et la fille ont beaucoup de choses à se dire...

Dans ce film, Jan Bucquoy, le réalisateur, s’inspire de son vécu. Lorsque sa fille Marie s’est suicidée, une partie de lui-même est morte avec lui. À la question : "La vie vaut-elle la peine d’être vécue", Jan répond avec ce film. Une sorte d’accalmie dans sa douleur. 

Aux côtés d’Alice On The Roof, vous retrouverez aussi l’humoriste Alex Vizorek.

La dernière tentation des Belges est à découvrir dès ce soir dans les salles.

De la scène au grand écran

Alice on the Roof aurait-elle trouvé une deuxième vocation ? Habituée de la scène et des studios d'enregistrement, l'auteure-compositrice-interprète de 27 ans se révèle cette fois dans un premier rôle au cinéma.

Elle n'est évidemment pas la première à suivre cette voie mais la principale intéressée a été la première étonnée à se retrouver dans un film. Elle raconte comment elle a atterri sur le tournage : "J'ai ouïe dire qu'un certain Jan Bucquoy voulait me rencontrer. Je vais être transparente, je ne le connaissais pas, peut-être à cause d'un écart générationnel. Je suis allée faire des recherches sur internet. J'ai vu qu'il était réalisateur de films je me suis demandé pourquoi il m'appelait".

De son propre aveu, la chanteuse n'était pas rassurée de se lancer au cinéma, interpellée aussi par la personnalité atypique du réalisateur. Jan Bucquoy est en effet un homme déjanté, qui a notamment ouvert un musée... du slip. "Comme une vraie actrice, j'ai reçu un scénario que j'ai trouvé magnifique. Je ne savais pas comment j'allais y arriver car je n'ai aucune expérience dans ce domaine, mais j'avais envie de voir comment un film comme celui-là serait fait et j'ai essayé" explique-t-elle.

Un sujet dramatique abordé de manière déjantée

La dernière tentation des Belges est un film inspiré de la vie du réalisateur, dont la fille s'est suicidée. Le sujet est donc très dur mais est abordé avec beaucoup de légèreté. Le film s'inscrit dans le registre de la comédie dramatique, grâce à ses scènes drôles et décalées. La personnalité haut en couleur d'Alice on the Roof rayonne ainsi dans celui-ci.

Cette dernière dévoile comment elle a appréhendé ce thème douloureux. "J'étais tellement stressée de savoir si je pouvais jouer la comédie que je suis allée un peu à l'aveugle dans le fait de jouer le rôle d'une fille qui a existé qui plus est, la fille du réalisateur. On n'a pas envie de rater son coup, on a envie de rendre hommage et de ne pas dénaturer l'histoire" déclare la chanteuse et actrice belge.

Pour elle, Jan Bucquoy se sert de ce film pour sa fonction cathartique : "C'est un sujet relativement tabou et dur. C'est la fonction d'un film et peut-être aussi d'une chanson : mettre des mots où dans la vraie vie c'est peut-être dur d'aborder certains sujets".

Loading...

Se sentir à l'aise sur un premier tournage

Faire ses premiers pas au cinéma s'apparentait à un véritable saut dans le vide pour Alice on the Roof.

Heureusement, l'artiste hennuyère a été rassurée par plusieurs aspects de la réalisation. Son rôle se traduit en majeure partie en voix off. "Cela m'a permis d'être plus ou moins à l'aise car la voix off est en studio et cela je connais un petit peu" confie-t-elle.

Alice Dutoit de son vrai nom a aussi apprécié pouvoir sortir de sa zone de confort et de son personnage d'Alice on the Roof. "Quand on écrit une chanson on se pose plein de questions : si je mets ce mot à cet endroit ou cette tenue qu'est-ce que cela raconte de moi ? Cela me fait plaisir de parler d'autre chose. Catherine Deneuve dit que c'est gai de se mettre dans l'univers de quelqu'un d'autre et cela j'ai beaucoup aimé" assure-t-elle.

Enfin, elle a apprécié la manière de détendre les comédiens employée par Jan Bucquoy. "Je suis plus ou moins à l'aise de chanter devant un certain public sur scène. Un comédien vous dire peut-être l'inverse mais j'ai trouvé que quand on joue dans un film on est un peu plus face au vide. Il faut plonger dans les tréfonds de son âme. On n'a pas la musique comme support" observe-t-elle. "J'ai trouvé cela intimidant mais en même temps, Jan Bucquoy prend les acteurs comme ils sont : il n'y a pas de problème avec les accents, il m'a tout de suite dit que je pourrais chanter dans le film. Cela m'a permis de me mettre dans un rôle d'actrice".

Benoit Doppagne / Belga

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Sur le même sujet

03 mars 2022 à 09:43
1 min
07 févr. 2022 à 14:13
3 min

Articles recommandés pour vous