Icône représentant un article audio.

Par Ouï-dire

Un paysage sonore d’en dessous : dans les catacombes de Paris

Par Ouï-Dire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

19 sept. 2022 à 12:45Temps de lecture59 min
Par La Première

Les étudiants de l’INSAS ont sorti leurs micros. Giulio Fiore descend dans les catacombes de Paris en compagnie de quelques initiés. Dites 'les catas'. Un dédale gigantesque où l’on écoute le silence et où l’on s’abandonne aux abîmes de la fête. Les habitués parlent de deux mondes parallèles et dans celui d’en bas, ils trouvent un apaisement à leur angoisse, au contact du 'caillou'.

"Tu ne peux pas consommer les catas de la même façon en semaine que le week-end. Il y a une ambiance festive, il y a plus de monde. En semaine, ça va être la petite descente introspective. Tu te balades tout seul, ou alors moi je vais dans une petite salle, qui n’est pas très loin d’une sortie et j’y passe ma petite soirée. Je prends l’apéro, il y a des potes qui passent de temps en temps. Je consomme la fête et je consomme aussi le silence. Et le caillou. Il y a un rapport au caillou qui est très plaisant. J’ai vraiment besoin de revenir prendre du caillou régulièrement. Je ne sais pas si ça absorbe le noir en moi, en tout cas, ça m’apaise."

Dans les catacombes de Paris
Dans les catacombes de Paris Getty Images – David Alfonso / Eye Em

"Souvent ce sont des gens qui se disent pas très sociables en surface et qui vont avoir ici une réelle communauté, une réelle famille. Moi, par exemple, c’est vraiment le cas. Ici, j’ai une famille. Je ne suis pas forcément quelqu’un de très sociable en surface. Je sais qu’ici, il y a forcément quelque chose qui nous rapproche. Donc, on peut se parler, on a déjà un truc en commun, on est déjà un peu potes sans se connaître. On se dit bonjour comme si on était dans un petit village. Et ça, c’est vachement rassurant. Moi, je me sens plus en sécurité ici qu’en surface, en tout cas."

 

Découvrez l'intégralité de la séquence dans le podcast ci-dessus, à partir de la 23e minute.

 

En 1e partie, 'Le premier caillou de vie adulte', de Mathilde Bédrune, sur la carrière d'ardoise des Pans de Travassac.

Articles recommandés pour vous